Le tapis berbère

tapis berbère

Symbole d’une culture entière, le tapis berbère est un tapis en laine authentique qui raconte une vraie histoire. Originaire du Moyen-Atlas, le tapis berbère a une histoire riche qui remonte à l’ère Paléolithique. Ce sont les Berbères, premiers habitants du Maroc et pionniers dans le domaine de l’artisanat, qui sont à l’origine du célèbre tapis en laine.

Dans les régions montagneuses de l’Atlas, les familles berbères vivent de l’élevage et de l’agriculture. Le tapis en laine marocain continue de faire partie de leur tradition. Le secret berbère se transmet de génération en génération, entre mère et fille. Dans les milieux ruraux, les jeunes femmes réalisent leur tapis berbère, lequel fait ensuite partie de leur dot de mariage. Ces tapis en laine ont de la valeur. Ce sont des objets de fabrication artisanale conservés avec grand soin par les différentes familles. Selon la tradition, les femmes berbères fabriquent un tapis rural lors d’événements importants tels qu’une naissance ou un mariage. Les tapis berbères reflètent les émotions de la confectionneuse.

Depuis des siècles, la coutume perdure. Les tapis berbères, reconnus dans le monde entier comme objet déco tendance, sont confectionnés suivant le même procédé ancestral et avec les mêmes métiers à tisser qu’autrefois.

Styles de tapis

Il existe autant de tapis berbères que de tribus différentes. Les motifs décoratifs du tapis marocain divergent suivant la culture de la tribu. Les modèles de tapis en laine puisent leur symbolique dans la religion, les différentes croyances et l’imaginaire de la culture berbère.

Cependant, on distingue cinq grands types de tapis :

– les Beni Ouarain ;
– les Azilal ;
– les Boucharouite ;
– les Kilim ;
– les Boujad.

Les tapis berbères Beni Ouarain et Azilal font partie des familles de tapis en laine marocains les plus connues.

Les Beni Ouarain, objets déco très prisés, sont des tapis marocains aux motifs géométriques noirs sur fond blanc. La laine, épaisse, retient très bien la chaleur et fait de ce tapis berbère un modèle très confortable.

Au contraire, les tapis berbères Azilal, beaucoup plus colorés, possèdent une laine plus rase. Souple et léger, ils se distinguent également par leur trame tissée et leur ligne de nœuds. Leurs motifs semblent presque psychédéliques. Les tapis berbères Azilal sont souvent utilisés comme tendances déco murale.

Les tapis Boucharouites, étymologiquement « issus de la récupération », sont aussi appelés « tapis du pauvre ». Ce tapis berbère est confectionné avec des habits usagés et recyclés. Cette famille de tapis marocain est prisée depuis le XXème siècle par les familles modestes qui manquent d’argent pour s’acheter de la laine.

Le tapis Kilim, associé à l’art nomade berbère, est en laine ou en soie. Ses motifs et ses couleurs, transmis entre génération, varient beaucoup suivant les différentes régions du Maroc.

Le tapis berbère Boujad, moins connu que les autres tapis ruraux, est de couleurs vives avec différents motifs.

L’art du tissage fait main

Un temps menacés par la sédentarisation des grandes tribus nomades, la tradition et le secret berbère sont restés intactes. Les techniques de tissage varient suivant les tribus. Cependant, toutes les femmes berbères utilisent la même technique du nœud berbère, créée par les populations berbères autochtones.

Un tapis berbère est constitué de deux parties distinctes : la trame laine et les nœuds. La finesse et la solidité des fils de chaîne et de trame ont beaucoup d’importance. Ils déterminent la valeur d’un tapis en laine marocain.

Le travail de tissage, complètement artisanal, peut prendre plusieurs saisons et être l’objet d’un travail collectif. Cela explique notamment la présence de motifs irréguliers et asymétriques. La création d’un tapis berbère représente un travail de longue haleine et requiert énormément de patience.

Le tapis berbère présente quelques similitudes avec le tapis d’Orient de l’ère islamique, dans la technique des nouages et des motifs. Cela pourrait laisser supposer des origines communes. Néanmoins, à la différence du tapis oriental, le tapis marocain n’est jamais réalisé suivant un modèle prédéfini. Il s’agit d’un objet déco artisanal et artistique unique réalisé selon les envies de la femme berbère qui le fabrique. Le tapis rural marocain est un produit de valeur tissé dans la plus pure tradition pastorale.

Teintures

Les motifs des tapis berbères sont teints avec des teintures naturelles qui lui donnent une couleur légèrement ocre. Les colorants des meilleurs tapis sont faits à base de produits naturels locaux.

Les différentes matières utilisées

Les tapis berbères sont fabriqués exclusivement avec de la laine sauf le tapis Boucharouite composé de vêtements recyclés et le Kilim, parfois en soie. La laine, pure et saine, est ensuite transformée en fils de différentes dimensions. Soigneusement traitée, la laine est travaillée selon un rituel bien précis se transmettant de génération en génération.

La laine des moutons, matière première naturelle, offre une protection maximale contre le froid. Douce au toucher, elle se révèle très efficace comme isolant thermique. C’est cette propriété qui a suscité l’intérêt des premiers Berbères qui ont souhaité en faire des grands tapis.

Motifs tribaux

Les motifs présents sur les tapis berbères sont nombreux. On retrouve le plus fréquemment des losanges, damiers, croix et étoiles. Le tissage berbère est très symbolique et les motifs ont tous un sens pour la confectionneuse. Cela relève du secret berbère.

Le losange représente l’œil qui protège du mauvais sort. Les papillons représentés par deux triangles qui se touchent en leur pointe symbolisent la féminité. La beauté féminine se cache sous les traits d’une fleur ou d’une étoile.

Ces motifs, qui se retrouvent également dans l’art pariétal, font partie des éléments de la culture berbère.

Reconnaître les faux tapis berbères

Véritables objets déco, les authentiques tapis berbères sont copiés par l’industrie européenne. Dans tous les magasins de décoration, vous trouverez de faux tapis marocains. Les tapis en laine Beni Ouarain s’avèrent particulièrement copiés. Beaucoup de marque de décoration vendent des tapis dans un « style berbère ». Ilest donc important de bien distinguer le vrai du faux tapis rural.

Les authentiques tapis berbères sont des pièces uniques réalisées de manière totalement artisanale. La fabrication des tapis berbères est destinée à l’origine à un usage domestique dans la plus pure tradition marocaine. Pour être sûre d’avoir entre les mains un tapis berbère authentique, retournez l’objet. Le nouage sur l’envers doit être forcément irrégulier. Le vrai tapis berbère possède également une frange. Elle sert à finir le tapis.

Le tapis berbère possède une laine soyeuse et agréable au toucher. Le tapis marocain est confectionné en laine vierge.

Les imitations de tapis ethniques à prix abordable sont généralement constituées de laine et de matières synthétiques telles que polypropylène, nylon, acrylique, polyester, viscose. Le polypropylène, appelé aussi « laine synthétique », s’avère la fibre la plus utilisée dans la fabrication de tapis style berbère. Certains vendeurs proposent des tapis faits dans cette matière bon marché en utilisant le terme vendeur de tapis « style berbère ». Pour reconnaître un vrai tapis berbère en laine d’un tapis synthétique « style berbère », il existe une astuce. Vous pouvez faire le test vous-même. Brûlez une ficelle du tapis. En présence d’un vrai tapis en laine marocain, celle-ci ne s’enflamme pas. Le cas contraire, il s’agit d’un faux tapis berbère, composé de matière synthétique.

Où mettre son tapis berbère ?

Très apprécié dans l’univers de la décoration, le tapis berbère est un objet tendance qui convient à tout type d’intérieur, du loft industriel au chalet montagnard en passant par l’appartement design.

Avec leur style ethnique chic, les tapis berbères se marient facilement avec toutes les ambiances, moderne ou bohème. Il s’associe parfaitement bien avec les matières naturelles comme le bois, le bambou, le rotin…

Suivant la famille à laquelle il appartient, le grand tapis en laine réchauffera une pièce, la dynamisera ou lui apportera une note d’élégance.

Le tapis rectangulaire habille bien un couloir, un salon, une salle à manger ou encore un bureau. Le tapis marocain permet de délimiter les espaces au sol et de créer une ambiance authentique pleine de chaleur.

Avec ses motifs noir et blanc, le tapis berbère Beni Ouarain est apprécié pour son côté chic. Au contraire, le tapis Kilim apporte de la lumière avec ses couleurs vives. Idéal pour réveiller un intérieur un peu trop sage.

Le tapis berbère Boucharouite convient davantage dans une décoration bohème ou vintage. Le tapis tendance apporte une note d’originalité dans un intérieur au style boho.

Au sol, attention à ne pas salir votre grand tapis en laine. Si vous craignez les taches inopinées, préférez le tapis berbère Azilal. Léger, il s’accroche facilement au mur pour une décoration picturale du plus bel effet. Accroché avec une bande Velcro ou des agrafes murales, le tapis en laine marocain habille le mur et colore une pièce.

Conclusion

Les tapis berbères, d’une qualité remarquable et inégalée, sont fabriqués de manière artisanale et répondent au secret berbère, toujours bien gardé. Le savoir-faire des femmes berbères se transmet de génération en génération et fait partie intégrante d’une culture.

Chaque tapis berbère est un objet déco unique. Au-delà du travail de la laine, l’artisanat marocain se révèle d’une grande richesse. Chaque région du Maroc possède un savoir-faire artisanal, tiré du travail d’une matière première.

Les villes de Fès, Marrakech et Essaouira sont connues pour leur artisanat. Cuir, cuivre, argent, or, bois… Ces matières premières sont sublimées entre les mains des artisans marocains.  Les régions d’Agadir et du Tafilalet sont aussi reconnues pour la qualité de leur savoir-faire. La ville de Meknès est la seule à mettre à l’honneur la damasquinerie, art consistant à graver sur acier pour confectionner bijoux, vases…

La tradition artisanale marocaine est l’une des plus riches du continent africain. Le travail de mémoire et de transmission entre génération lui confère une grande valeur. La tradition du tapis berbère se révèle intacte.

Parmi les nombreuses créations artisanales en poteries, céramiques, bois, bijoux, tapisserie, textile et maroquinerie, certaines sont influencées par les traditions orientales.

Les principales activités artisanales marocaines sont les suivantes :

La tapisserie

Le tapis marocain fait partie intégrante de la culture du pays On retrouve le tapis citadin ou le tapis rural dans tous les intérieurs du Maroc. A la fois objet de décoration et élément de confort, le tapis en laine est l’un des joyaux de l’artisanat marocain.

La broderie

La coutume fait que toutes les jeunes filles marocaines apprennent à broder dès leur plus jeune âge. L’art de la broderie fait partie intégrante des traditions marocaines. La broderie est bien représentée dans les villes marocaines de Rabbat, Fès, Meknès ou encore Salé. On retrouve la broderie principalement sur le linge de maison et sur certains vêtements.

La dinanderie

La dinanderie, qui fait partie de l’artisanat marocain, désigne le travail du métal. Les artisans du métal travaillent également le laiton, le cuivre ou le bronze. Les objets de décoration en dinanderie les plus appréciés sont les plateaux, lanternes, chandeliers…  Les deux grands centres de fabrication et de vente de la dinanderie sont les villes de Marrakech et Fès.

Les bijoux

Les bijoux font partie des joyaux de l’artisanat marocain. Il en existe tous types de modèles : colliers, boucles d’oreilles, ceintures… Les bijoux d’art peuvent être rehaussés avec des pierres précieuses. En ville, l’or se révèle particulièrement prisé, notamment à Fès, Meknès, Rabat, Tanger, Marrakech… Dans les zones rurales, l’argent est davantage mis à l’honneur.

La maroquinerie

Le cuir est travaillé suivant une tradition ancestrale. Le touriste en séjours au Maroc pourra rapporter dans ses valises toutes sortes d’objets en cuir tels que porte-monnaie, sac, pouf, babouches…

La poterie et céramique

La poterie est considérée comme l’une des activités artisanales les plus anciennes dans l’histoire de l’humanité. Le savoir-faire marocain en matière de poterie et céramique est inimitable. Assiettes, services à café, vases… Vous trouverez dans les souks marocains de la vaisselle en poterie et céramique avec de magnifiques ornementations.

Les Zelliges

Les Zelliges désignent des petits carreaux de céramique ou de faïence. Ils font partie des éléments phares de l’architecture marocaine. Ces objets de déco de l’artisanat marocain sont très colorés et composent des mosaïques. Les Zelliges couvrent les sols ou les murs. Les carreaux de céramique et faïence ornent l’intérieur des principaux édifices du Maroc tels que la mosquée du Qaraouyine à Fès.

Le bois

Les principaux bois utilisés dans l’art marocain sont le cèdre de l’Atlas, le thuya ainsi que le citronnier. Ils servent à fabriquer des objets décoratifs ou des petits meubles tels que coffre ou berceau. Le bois est le plus souvent de couleur vive.

En revanche, pour tout ce qui relève de la marqueterie, le bois utilisé est celui du noyer et l’acajou.

La vannerie

La vannerie fait partie des traditions ancestrales de l’artisanat marocain. Un grand nombre d’objets du quotidien sont fabriqués de cette manière (boîtes, malles…). Des paniers et chapeaux sont tissés avec des joncs, roseaux ou palmiers nains.

Crédit photo : https://www.laredoute.fr/ppdp/prod-501018740.aspx

Le tapis berbère
4.8 (96.47%) 34 votes