Comment choisir son parquet ?

Comment Choisir Parquet

Choisir son parquet peut devenir un véritable casse-tête. Sachant qu’on ne peut pas mettre n’importe quel type de parquet dans n’importe quelle pièce, il est bon de se poser d’abord les bonnes questions.

Au-delà des critères de choix esthétiques et de couleurs, nous en venons à nous poser la question essentielle : « Quels sont les critères à prendre en compte dans le choix d’un parquet ? »

Essayons d’y voir plus clair !

L’essence du bois

Il faut savoir que c’est la dureté du parquet qui conditionnera son usure. En toute logique, plus la pièce dans laquelle vous entreposerez votre parquet connaît une grande affluence, plus il est conseillé de recourir à du bois dur.

Pour ce faire, sachez que vous pouvez répertorier le bois selon 4 classes bien distinctes :

  • La Classe A: C’est celle où l’on catégorise les bois les plus tendres. C’est par exemple le cas de l’épicéa ou encore du sapin que l’on recommandera pour des pièces où le trafic est plus réduit. C’est par exemple le cas des chambres.
  • La Classe B: où l’on retrouve à peu près les mêmes essences de bois que celles dans la classe A.
  • La Classe C: comme le chêne, le hêtre. On les recommandera notamment dans des zones spécifiques comme les entrées, les couloirs, ou encore le salon.
  • La Classe D: c’est celle où l’on catégorise les essences de bois les plus solides et les plus robustes. À titre d’exemple, vous avez le bambou considéré comme l’un des bois les plus solides dans le monde ou encore le merbau.

L’épaisseur de la couche d’usure

De l’épaisseur de la couche d’usure dépendra la robustesse et l’espérance de vie de votre parquet.

Plus les lames de votre parquet sont fournies, plus il vous sera facile de les poncer correctement afin de leur procurer toute leur brillance initiale.

Parquet massif ou parquet multiplis ?

Parquet Massif

Dans le choix de votre parquet, il est bon de noter que les parquets sont départagés en deux grandes familles : les parquets massifs et les parquets multiplis.

Du fait qu’il se compose de bois brut et d’une seule essence sur toute son épaisseur, le parquet massif possède une épaisseur située entre 16 et 28 mm. C’est le modèle de parquet le plus courant. On le retrouve dans de nombreuses essences de bois. C’est celui qui favorise le mieux la pose collée ou encore cloutée.

On lui confère de nombreux atouts pour ne citer que les côtés chaleureux, naturel et authentique. C’est pour cette raison qu’on le retrouve plus communément dans les environnements de type campagnards et les chalets.

C’est aussi un bois très résistant que vous pourrez teinter, vernir, vitrifier, cirer ou encore huiler selon vos goûts en matière de décoration d’intérieur.

De l’autre côté, on retrouve le parquet multiplis que l’on recommandera plus dans des environnements citadins, brefs, plus propres. C’est la solution de parquet dite de « multicouches » du fait qu’il se compose de différentes strates de 2 à 3 plis en fonction des modèles.

En règle générale, les strates de cette nouveauté technologique se disposent comme suit : la couche d’usure, également appelé parment. C’est la partie visible du parquet et c’est celle où vous retrouverez l’essence de bois de votre choix. Vient ensuite la couche centrale située au milieu du parquet et que l’on appelle le support bois.

Quelquefois, cette couche est faite de panneaux de fibres de bois de haute densité. Enfin, vous avez la dernière couche du parquet, également appelée contre-balancement de même densité que le support bois et qui a pour rôle d’éviter que la lame du parquet ne se déforme.

La pose du parquet : collée, cloutée ou flottante ?

Une fois que vous aurez procédé au choix de votre parquet, il est maintenant temps de choisir la pose du parquet.

La pose traditionnelle que l’on appelle aussi pose cloutée sera pour sa part destinée aux parquets massifs. Un millimétrage inférieur à celui recommandé qui est de 16 à 28 mm, aura pour effet de déformer le parquet une fois la pose terminée. Au pire, votre parquet pourra se fissurer, voire éclater au fil du temps ce qui n’est pas très pratique surtout si la partie endommagée du parquet se trouve en plein milieu de la pièce.

Si votre pièce ou votre appartement est pourvu d’un appareil de chauffage au sol, il est recommandé d’opter pour la pose collée. C’est une manière plus commode de favoriser une meilleure isolation phonique dans la pièce. Ici, vous pouvez choisir aussi bien un parquet contrecollé ou massif.

À part la pose collée, vous avez également la pose flottante. C’est celle que myparquet vous conseille si vous désirez réaliser vous-même vos travaux. En effet, c’est la pose la plus facile à réaliser pour les nantis dans le domaine du bricolage. Ce type de parquet se présente sous la forme de lames avec emboitements et que vous pourrez poser sur différentes sortes de surfaces. À titre d’information, la méthode de pose collée peut s’effectuer sur des carrelages, planchers ou encore bétons. C’est aussi l’option la plus rentable et la plus conseillée si vous envisagez d’effectuer des travaux de rénovation dans votre maison.

Quel que soit le plancher que vous choisirez dans votre maisonnée, n’oubliez surtout pas de procéder au préalable, à la pose d’une sous-couche appropriée en dessous de votre parquet. C’est en effet une astuce pour améliorer le confort de votre sol qui bénéficiera alors d’une meilleure résonnance thermique et acoustique. N’oubliez pas non plus qu’au fur et à mesure de la pose, les éléments de votre pièce sont susceptibles de bouger. Voilà pourquoi il est crucial de laisser un jeu de dilatation entre 8 et 12 mm de part et d’autre de la pièce où vous installerez votre parquet.