Comment fonctionne un leasing automobile ?

Leasing Automobile

Avec le leasing automobile, il est désormais possible de conduire une voiture neuve au quotidien sans en être le propriétaire. Il s’agit alors de la location avec option d’achat (LOA). Mais comment cela fonctionne-t-il concrètement ? Quels sont les avantages et inconvénients du leasing automobile ? S’agit-il réellement d’un bon plan d’un point de vue financier ? Si oui, à quelles conditions ? Découvrez le principe de la location avec option d’achat avant de vous tourner vers ce dispositif.  

Comment fonctionne un leasing automobile ? Le principe

Définition du leasing auto

L’idée du leasing automobile, c’est de louer un véhicule pour une durée variable entre deux à cinq ans. A la fin du contrat, vous avez le choix entre acheter la voiture à un prix fixé à l’avance ou bien accéder à une nouvelle location avec option d’achat.

Le bailleur

Le bailleur peut être soit un organisme financier soit un constructeur. Le leasing automobile fonctionne comme une location et non comme un crédit. Le contrat stipule l’ensemble des termes financiers avec l’identité des deux parties, la durée de la location, la date de la première mensualité, le montant du dépôt de garantie, la valeur résiduelle, etc.

Le bailleur peut tout à fait enlever des frais de la garantie quand la voiture n’est pas rendue dans un état acceptable ou lorsque le kilométrage prévu est largement dépassé. Le bailleur a aussi le droit de décider de mettre fin au contrat quand le client ne paie pas ses mensualités.

Versement d’un dépôt de garantie et de loyers

Concrètement, pour pouvoir louer une voiture avec option d’achat, il faut verser un apport ou dépôt de garantie. Cela représente 30 % du prix du véhicule.

Puis, vous payez un loyer tous les mois ou tous les trimestres. Le montant est fixé en fonction de plusieurs paramètres tels que le modèle de la voiture, ses options, la durée du contrat…

A la fin du contrat, que se passe-t-il ?

Si vous ne voulez pas acheter l’auto à la fin du contrat de location, le dépôt versé vous est restitué. En revanche, les loyers versés mensuellement ou trimestriellement sont perdus.

Et en cas d’acquisition du véhicule, le dépôt initial est déduit du coût de la voiture.

A savoir : le leasing automobile est un dispositif qui séduit autant les particuliers que les professionnels comme les libéraux. D’ailleurs, les entreprises restent les premières utilisatrices de la LOA.

Est-ce que le leasing automobile est avantageux financièrement ?

Location avec option d’achat : un bon plan financier ?

D’abord, sachez que l’achat de voiture en leasing représente des économies. En effet, grâce à ce dispositif, vous pouvez accéder à une auto haut-de-gamme sans avoir à souscrire un crédit auto auprès d’une banque ou d’un organisme financier.

De ce point de vue, cela est donc une bonne affaire, d’autant plus que vous n’aurez pas à payer la taxe sur les voitures de société, le cas échéant.

Le montant des loyers

Ensuite, il faut noter certains inconvénients. D’une part, les mensualités du loyer peuvent être parfois onéreuses dans le cadre d’un leasing automobile. Pour une berline en LOA, comptez environ 500 euros par mois.

Et le véhicule doit rester aussi en bon état. Si vous êtes maladroit au volant, le leasing est peu recommandé…

Plafond du nombre de kilomètres par an

D’autre part, avec une voiture en location, il est impossible d’y apporter des modifications.

Vous devrez également respecter un certain nombre de kilomètres car en cas de dépassement, vous aurez des charges en plus à régler. Le plus souvent, les voitures diesel sont limités à 25 000 km par an pendant que les voitures essence sont plafonnées à 15 000 km. Si vous roulez beaucoup toute l’année, ce dispositif n’est peut-être pas la meilleure solution.

Délai de rétraction

Avant de vous tourner vers un leasing automobile, il convient donc de peser le pour et le contre. Evaluez vos besoins personnels et professionnels ainsi que votre situation actuelle.

Après signature du contrat de location, vous avez un délai de rétraction de sept jours. Toutefois, cela ne doit pas vous faire oublier que renoncer à la propriété de sa voiture reste une décision mûrement réfléchie.

Les justificatifs à fournir pour souscrire un contrat leasing automobile

Si vous avez décidé de ne pas acheter de véhicule mais d’en louer un en passant par le leasing automobile, vous devrez fournir des documents :

  • un justificatif de domicile de moins de trois mois (facture de gaz, EDF, de téléphone fixe ou portable, quittance de loyer, titre de propriété…) ;
  • un relevé d’identité bancaire (RIB) ;
  • un chèque signé et rempli du montant du premier loyer de votre échéancier.

Location avec option d’achat et assurance : les garanties à prendre

Assurance au tiers

Généralement, une assurance auto est incluse dans le contrat du leasing automobile. Cependant, l’offre se révèle généralement incomplète puisqu’elle ne prend pas en charge l’indemnisation de l’utilisateur en cas de dommages corporels. Pour éviter toutes mauvaises surprises, il convient alors de souscrire votre propre assurance voiture pour aller au-delà de la simple responsabilité civile (ou assurance au tiers).

En cas d’accident de la route ou de sinistre auto

Mais que se passe-t-il en cas d’accident conduisant à la destruction du véhicule ? Dans le cas du leasing, l’assurance auto est plus complexe. Il est donc essentiel d’en comprendre toutes les subtilités avant d’opter pour ce dispositif.

D’abord, en cas d’accident grave ou de sinistre automobile où la voiture est détruite, le locataire n’est pas nécessairement exempt de payer des mensualités alors qu’il n’a plus de véhicule.

Pour se prémunir contre cette situation, il vaut mieux souscrire une assurance dite perte financière. Cette garantie permet de couvrir les différences entre ce que rembourse une assurance classique et le montant restant à payer dans le cas de la LOA.

En cas d’accident de la vie

Enfin, en cas d’accident de la vie, le locataire peut rencontrer des difficultés à faire face aux échéances financières. Des assureurs proposent alors des garanties décès et invalidité.

Si le locataire ne peut plus remplir ses obligations à la suite d’un accident, la compagnie d’assurance verse les échéances restantes au loueur. Et si le locataire décède, les héritiers n’auront pas obligation d’assurer les versements restants.