Voitures sans permis : quels sont les avantages de ce mode de déplacement ?

Voitures Sans Permis

Avoir sa propre voiture, c’est un peu le rêve de tout jeune. Depuis quelques années, il est devenu largement accessible grâce à l’arrivée sur le marché, des voitures sans permis (ou VSP). En dépit de leur puissance et de leur vitesse limitées, ces petits véhicules font de plus en plus d’adeptes chez les jeunes, mais aussi chez les plus vieux. On vous explique pourquoi.

Une large accessibilité

Le principal avantage d’une voiture sans permis est logiquement lié au fait qu’elle est accessible à une large cible. Comme leur nom l’indique, la conduite de ce type de véhicules ne nécessite pas le permis B. En effet, comme pour les cyclomoteurs légers, la principale exigence est d’avoir au moins 14 ans. Notons toutefois que pour les personnes nées après le 1er janvier 1988, un permis de conduire de classe AM (ex BSR) est exigé. Ce dernier est délivré après une formation pratique et théorique de 8 heures.

Les voitures sans permis sont donc accessibles dès l’adolescence. Mais elles représentent également une alternative de choix pour les adultes dont le permis est suspendu et pour les séniors.

Liberté et sécurité pour les plus jeunes

Pour les lycéens et étudiants, les VSP sont un moyen de déplacement plus sécurisé que les scooters et les motos. Plus large que les deux roues, ces petites voitures ne permettent pas les conduites à risque, comme le faufilage, souvent observé avec les deux-roues. De plus, leur vitesse étant limitée à 45 km/h, les risques d’accidents violents sont limités. En cas de choc, leur carrosserie offre par ailleurs une meilleure protection qu’un casque de moto. Tout cela sans oublier le confort qu’offrent ces véhicules en cas d’intempéries.

Des véhicules peu gourmands et écologiques

Les véhicules sans permis sont des engins à petits moteurs, dont la consommation en essence est très faible. Leur impact écologique est également peu élevé. Ils conviennent donc parfaitement aux jeunes, dont le budget est généralement limité.

De faibles coûts d’entretien et d’assurance

En plus des frais de permis qu’ils permettent d’économiser et de leur faible consommation en carburant, les VSP se révèlent peu coûteux à l’entretien. Elles ne nécessitent notamment aucun contrôle technique. Seule une révision est nécessaire chaque année ou tous les 5 000 km. On est donc loin des budgets, parfois importants, alloués pour ce type de dépenses sur les véhicules classiques.

En ce qui concerne l’assurance, le coefficient de bonus-malus n’est pas pris en compte pour une voiture sans permis. Ce qui permet de payer sa police moins chère.

Taillées pour la vie urbaine

Grâce à leur petite taille, les VSP sont faciles à stationner. Elles occupent en effet peu de place et il est donc assez facile de trouver où se garer. Cependant, en raison de l’absence de banquette arrière, elles offrent de confortables espaces de rangement. Elles sont donc parfaites pour les courses en ville, comme pour les petites escapades rapides à deux.

Une bonne passerelle vers un permis B

Conduire une voiture sans permis permet d’affronter la route et de prendre confiance en soi. Ainsi, un conducteur de VSP aura plus de facilité à passer le permis B par la suite pour conduire un véhicule traditionnel.

Précisons, pour finir, que les fabricants proposent de plus en plus de modèles de véhicules sans permis dont les équipements sont très proches de ceux des voitures classiques. En plus de tous les avantages présentés ci-dessus, il est ainsi possible de profiter d’un confort optimal. La climatisation réversible, la conduite assistée ou encore un système de navigation sont notamment proposés sur plusieurs modèles.