Crédit immobilier : les offres des banques en ligne sont-elles toujours aussi attractives ?

Crédit immobilier : les offres des banques en ligne sont-elles toujours aussi attractives ?

Dans un contexte de développement du numérique, certaines structures bancaires proposent depuis plusieurs années déjà des services entièrement en ligne, à l'image de Monabanq, Fortuneo ou encore Boursorama. Comme n'importe quelle banque classique, ces organismes assurent à leur client la possibilité de souscrire à un emprunt immobilier. Mais un tel prêt est-il aussi avantageux que ceux négociés par les organismes traditionnels comme la Caisse d'épargne ou la Société Générale ?

L'offre de prêt des banques en ligne

Le crédit immobilier connaît une évolution étonnamment positive depuis le début des années 2000 et atteint aujourd'hui des taux historiquement bas, à moins de 1.30% ce printemps. Cette tendance touche toutes les banques, y compris celles qui investissent dans des services 100% numériques. À titre d'exemple, Fortuneo accorde des prêts à 1,31% sur 15 ans, tandis que Boursorama s'avère un peu plus chère avec 1,44% sur une période identique. Mais globalement, ces taux n'ont jamais été aussi faibles.

Pour votre information, sachez que ces organismes sont souvent des filiales de banques traditionnelles : Monabanq fait partie du groupe Crédit mutuel CIC, tandis qu'Orange Bank est liée à Groupama. Les banques en ligne représentent la modernité, la possibilité de gérer son argent et son placement à distance, sans toutefois disposer de la même capacité à accompagner leurs clients sur des projets « ambitieux ».

Ainsi, concernant l'offre de prêt proprement dite, les banques en ligne sont jugées moins complètes que celles des structures qui bien souvent les sponsorisent. Le site quechoisir.org insiste sur le fait que les contrats demeurent assez simples, et ne permettent pas toujours de renégocier les taux une fois signés. Ce qui signifie que si les taux d'ici 2023-2025 devaient se trouver à un niveau encore plus bas qu'actuellement, il vous serait plus difficile de revenir sur le pourcentage d'intérêts calculé en 2019. En outre, il est presque impossible d'investir dans le locatif résidentiel grâce à un prêt immobilier d'une banque en ligne.

De plus, certains organismes tels que Fortuneo demandent aux particuliers d'investir un certain apport personnel avant d'établir un contrat (dans le cas de cette banque, la part est de 10% du montant final). Une raison de plus pour laquelle de nombreux sites spécialisés dans le conseil ou la comparaison d'offres incitent les clients potentiels à se diriger davantage vers des banques classiques, dont les taux de crédit immobilier sont par ailleurs très proches, si ce n'est identiques. Néanmoins, l'offre actuelle de B for Bank, à 1,29%, sans frais de dossier ni domiciliation des revenus, s'avère relativement intéressante si vous disposez d'avance de 10% du capital à emprunter.

La concurrence des assurances externes

Associée au prêt immobilier, l'assurance emprunteur n'est pas obligatoire, mais reste cependant une garantie intéressante : contre une augmentation parfois significative des mensualités (+30 % dans certains cas), vous êtes couvert(e) contre divers aléas, comme les accidents du travail ou le chômage.

Les banques classiques qui négocient les contrats immobilier associent presque toujours une assurance emprunteur, et permettent un meilleur accompagnement que les services en ligne. Le prêt immobilier de Boursorama inclut une assurance « obligatoire » dans son taux de prêt à 1,44%, couvrant les risques les plus graves, mais exclut l'assurance chômage, or, la perte de l'emploi constitue un important risque en 2019. Ainsi, avec une banque en ligne, vous serez de toute façon obligé(e) de souscrire un contrat d'assurance global afin d'être couvert(e) en cas de chômage, exactement comme dans une banque traditionnelle. Une structure numérique ne présente de fait aucun avantage de ce côté-ci.

Parallèlement, les organismes bancaires, quels qu'ils soient, sont aujourd'hui concurrencés par l'émergence des assurances dites externes. En effet, depuis les mesures successives qu'ont constitué les Lois Lagarde, Hamon et Bourquin, les particuliers ont désormais la possibilité de se tourner vers des agences indépendantes pour leur contrat d'assurance emprunteur, et de jongler entre les meilleures offres en changeant d'organisme d'assurance chaque année. Les offres de ces assurances externes sont en moyenne deux fois moins chères que les contrats du même type négociés par les groupes bancaires, à un tel point que même les spécialistes des banques en ligne conseillent à leurs clients de se diriger vers elles.