Salpêtre sur les murs : comment s’en débarrasser ?

se débarrasser du salpêtre

Des traces grises ou blanchâtres sont parfois visibles sur les murs intérieurs et extérieurs d’une vieille maison. Peut-être l’ignorez vous mais il s’agit d’un problème de salpêtre, à ne pas confondre avec la moisissure. Pour se débarrasser de ce phénomène, il existe des solutions. Découvrez lesquelles. Mais avant, laissez-nous vous parler du salpêtre. Difficile à définir, il est en revanche bien identifiable dans une maison. Et il possède même des répercussions sur la santé. Suivez nos conseils pour l’éliminer le plus rapidement possible et prévenir son apparition avant qu’il ne soit trop tard ! Dites adieu au salpêtre sur les murs grâces à nos conseils avisés.

Le salpêtre : définition et présentaiton

Le salpêtre, qui signifie littéralement « sel de pierre » est aussi appelé nitrate de potassium. Le salpêtre se compose de sels minéraux présents dans l’humidité du sol. En outre, il se forme au contact des maçonneries et apparait sur les briques, murs en béton, pierres, parpaings sous forme d’une efflorescence.

En fait, le salpêtre résulte d’une combinaison entre les sels minéraux contenus dans l’eau souterraine et les matières organiques des constructions. Les bactéries des eaux souterraines entrent en contact avec le carbonate de potassium des maçonneries, ce qui forme le salpêtre.

A quoi ça ressemble ?

On reconnait le salpêtre à ces traces grises ou blanchâtres que l’on trouve sur les murs extérieurs et intérieurs d’une maison. Facilement identifiable par son dépôt blanc comparable à de petits cristaux, il se situe le plus souvent en bas des murs. Cependant, on le retrouve parfois dans les parties hautes d’une maison, suite à des travaux mal exécutés.

Et dans certains cas, le salpêtre s’accompagne d’autres phénomènes qui doivent vous alerter :

  • traces de moisissures ;
  • effritement de la peinture ;
  • décollement des revêtements muraux (papier peint, enduit, plâtre…) ;
  • enfin, les murs peuvent aussi gondoler sous l’effet du salpêtre.

Est-ce dangereux ?

Dangers pour la santé

Le salpêtre n’est pas seulement dévastateur pour les habitations. Il représente également un danger pour l’humain en ayant des répercussions sur la santé. En effet, il  entraine principalement  des maladies respiratoires et des risques d’allergie.

Sachez que le salpêtre peut aussi être à l’origine de problèmes de santé encore plus graves tels que des troubles digestifs, problèmes cardiaques, maux de tête, faiblesse musculaire, vertiges.

Dangers pour la maison

Les effets du salpêtre dans une maison peuvent être dévastateurs. Effectivement, sous ces traces grises et blanchâtres, le salpêtre s’étend sur toute la maçonnerie engendrant de lourdes dégradations. Et il détruit peu à peu les matériaux.

Par conséquent, le salpêtre n’est pas un problème à prendre à la légère car une fois installé, il est difficile de le faire disparaitre. Il s’avère nécessaire de faire appel à un professionnel pour le déloger des murs.

Si vous ne faites rien, le salpêtre, facile à repérer, fera baisser la valeur de votre bien immobilier de manière considérable. D’autant plus que ces taches disgracieuses endommagent fortement l’esthétique d’une maison.

Décollement papier

Parmi les signes qui doivent alerter sur la présence de salpêtre, il y a le décollement du papier. En effet, lorsque les revêtements muraux tels que papier peint, enduit ou plâtre se décollent, on peut craindre l’apparition de salpêtre.

Effritement peinture

Le salpêtre abime peu à peu la pierre en l’effritant et en la faisant se transformer en poudre. Vos murs se retrouvent fragilisés et risquent de s’effondrer.

Salpêtre et moisissure : quelles sont les différences ?

Contrairement aux moisissures, le salpêtre n’est pas un champignon. Il s’agit d’un dépôt de sels minéraux que l’on trouve principalement sur les murs humides des vieilles bâtisses.

Les moisissures, elles, sont des champignons présents dans l’air, au même titre que les bactéries.

L’autre différence notable entre salpêtre et moisissure, c’est que le premier ne dégage pas d’odeur. En revanche, les moisissures entrainent dans leurs sillons des effluves malodorants.

A lire aussi : Comment se débarrasser des moisissures ?

Pourquoi ai-je du salpêtre dans ma maison ?

Infiltrations d’eau

L’eau de pluie peut pénétrer par le toit ou directement par les murs s’ils présentent un aspect poreux ou des fissures. Des infiltrations peuvent aussi avoir lieu lorsque les joints ne sont pas étanches ou en cas de gouttières bouchées.

Généralement, les dégâts se produisent d’abord à l’extérieur avant que le salpêtre n’apparaisse sur les murs intérieurs du bâtiment.

Pièce pas aérée ou insuffisamment

Le salpêtre apprécie les pièces peu ou pas du tout aérées, surtout lorsqu’il s’agit d’une pièce d’eau telle que la salle de bains. Dans ce cas, le risque de salpêtre s’avère élevé.

Pour éviter l’apparition de ce problème, évitez les flaques d’eau et séchez-les rapidement avant que l’eau ne stagne.

Remontées capillaires

Dans les vieilles maisons, le salpêtre apparait le plus souvent par remontées capillaires. L’eau contenue dans le sol s’infiltre alors dans les maçonneries, emportant les sels minéraux du sol. Ces remontées entraînent avec elles des dépôts d’efflorescences et de cristaux blancs.

Lorsque le mur sèche, les sels minéraux restent incrustés dans les maçonneries. On trouve alors des traces grises et blanchâtres sur les murs, généralement en bas.

Et une fois que le salpêtre par remontées capillaires est installé, il est difficile de le déloger. En effet, il a tendance à rester.

Pression hydrostatique

Une pression peut s’exercer sur les fondations d’un bâtiment. On parle alors de pression hydrostatique, laquelle provoque une infiltration d’eau ainsi qu’un taux d’humidité relativement élevé.

Souvent, cela se produit lorsque le terrain se trouve en pente ou quand la bâtisse est située sur une nappe phréatique, ou lorsque l’eau de pluie stagne de manière durable.

Température favorable au développement

Les températures comprises entre 10 et 15 °C se révèlent idéales à la prolifération du salpêtre.

Absence de traitement du bois

En cas de bois non traité contre l’humidité, l’eau s’infiltre. L’humidité circule alors par capillarité, ce qui engendre des traces de moisissure et de salpêtre.

Mauvaise hygiène de la maison

Engorgements dans les conduits d’évacuation des eaux pluviales ou usées, fuites quasi invisibles installées durablement, usure des joints au niveau des menuiseries, usure de la tuyauterie… Ces problèmes de mauvaise hygiène dans une maison peuvent être à l’origine de l’apparition de salpêtre.

Il convient donc de faire preuve de vigilance en maintenant votre logement dans un bon état. Cela vous évitera d’avoir à affronter le problème du salpêtre dans une maison.

Quels sont les traitements possibles et combien ça coûte ?

D’abord, pour lutter contre le salpêtre, il faut traiter le problème à la source en stoppant la remontée d’eau dans le mur. Cela passe par l’injection d’une résine hydrophobe formant une barrière définitive contre l’humidité. Comptez entre 20 et 200 euros le mètre linéaire pour une résine. Le prix varie en fonction de l’état du mur et du type de résine injectée.

Puis, une fois le mur asséché, il convient d’éliminer le salpêtre présent à la surface à l’aide d’un traitement. Il en existe deux au choix :

  • le traitement anti salpêtre qui convertit et neutralise les sels hygroscopiques. Les professionnels utilisent ce procédé chimique pour lutter contre les effets du salpêtre sur les murs. L’opération consiste alors à convertir les sols solubles en sels insolubles pour éviter leur migration vers la surface des murs. Ce traitement s’applique par pulvérisation ou par injection lorsque la concentration en sel est trop importante ;
  • le traitement anti salpêtre qui fixe les sels hygroscopiques. Ce remède s’utilise surtout lorsqu’il est impossible d’attendre l’assèchement complet du mur. Ce produit professionnel agit comme une barrière physique empêchant la migration des sels vers la surface du mur. L’application s’effectue à la brosse en deux couches successives.

Comptez en moyenne entre 20 et 500 euros par mètre linéaire en fonction de la solution retenue.

A noter : le professionnel pourra établir un diagnostic humidité complet. Cela reste facultatif, mais fortement recommandé. A l’aide d’appareils, il pourra mesurer le taux d’humidité et l’expansion de celle-ci au sein de votre maison. En outre, cette étude permettra de trouver la solution la plus adaptée. Pour un diagnostic, prévoyez une enveloppe entre 300 et 800 euros en moyenne en fonction de la surface à couvrir.

Conseils préventifs

Il existe des traitements à titre préventif pour se prémunir contre le problème du salpêtre. En effet, mieux vaut prévenir qu’avoir à se débarrasser de traces grises ou blanchâtres sur les murs de sa maison.

Déshumidificateur électrique

Le déshumidificateur permet de contrôler l’humidité d’une pièce. Il peut être particulièrement utile dans une pièce d’eau comme la salle de bains.

Choisissez bien votre équipement en fonction de la pièce et du débit d’air de l’appareil afin de réguler au mieux le taux d’hygrométrie. Vous devrez aussi sélectionner votre déshumidificateur suivant d’autres critères comme le niveau sonore et le réglage possible de l’hygrostat.

Produit hydrofuge

Il s’agit d’un bon traitement à utiliser en prévention contre le salpêtre. Appliquez le produit hydrofuge en plusieurs couches. Cela permet de protéger les infiltrations d’eau en empêchant l’apparition de traces.

Ce type de produit convient aussi bien aux murs intérieurs qu’extérieurs. Vous pouvez aussi l’appliquer sur la toiture et les surfaces horizontales.

Surveillance

En première intention, pour éviter les désagréments du salpêtre, mieux vaut être vigilant. Pour cela, surveillez que l’eau ne stagne pas dans les pièces d’eau de la maison ni sur votre terrain.

En cas de ventilation peu performante, redoublez votre vigilance en aérant régulièrement. Si vous constatez la moindre anomalie, n’attendez pas l’apparition des problèmes. Contactez un professionnel de l’humidité sans tarder.