7 traitements naturels de la cystite

traitements naturels cystite

Extrêmement courante chez la femme, la cystite peut être aiguë ou chronique. En cas de cystite sans germe, il est possible de faire impasse sur les antibiotiques. Découvrez tous les traitements naturels (homéopathie, remède de grand-mère) pour venir à bout de cette infection urinaire. On vous dit également tout sur la cystite : comment s’attrape-t-elle et quels sont les moyens de prévention ?

Qu’est-ce qu’une cystite ?

Cette infection urinaire, ou inflammation de la vessie, se révèle très courante. Elle constitue d’ailleurs le deuxième motif de consultation d’un médecin généraliste.

La cystite se manifeste par des brûlures urinaires ainsi que des envies très fréquentes d’uriner. Malgré les envies pressantes, seules quelques gouttes sont évacuées. D’autre part, des pesanteurs peuvent être ressenties au niveau du bassin ou dans le bas du dos.

De nombreuses infections urinaires se guérissent toutes seules, sans recours à un traitement. Généralement, une bonne hydratation suffit.

La plupart du temps, ce sont les femmes qui sont concernées par la cystite pour des raisons anatomiques.

Comment l’attrape-t-on ?

De nombreuses bactéries peuvent être à l’origine d’une cystite aigüe :

  • la plupart des infections urinaires sont provoquées par la bactérie intestinale Escherichia coli (ou E.coli) ;
  • l’autre bactérie la plus courante se nomme Staphylococcus saprophyticus. Elle est fréquente chez les femmes jeunes ;
  • les autres bactéries Protéus mirabilis, Klebsiella pneumoniae et Enterobacter sont mises en cause dans de très rares cas.

Le diagnostic de la cystite s’effectue via un test urinaire à l’aide d’une bandelette réactive. Généralement, cela se déroule au cabinet du docteur.

Le plus souvent, le médecin généraliste prescrit un traitement antibiotique pour lutter contre la bactérie intestinale E.coli. En cas de symptômes persistants, le traitement sera réajusté.

Quels sont les traitements naturels contre la cystite ?

Les remèdes naturels n’interviennent pas en remplacement des traitements médicamenteux. Cependant, il existe des aliments et solutions connus pour leurs bienfaits sur les infections urinaires.

Le jus de cranberry

Il est réputé pour ses propriétés antibactériennes. Ces substances empêchent les bactéries de coller aux parois des muqueuses du système urinaire.

Buvez du jus de cranberry en prévention sous forme de gélule jusqu’à 4 fois par jour, avant les repas. Et ce, pendant trois semaines.

Aucune contre-indication n’existe contre cette solution naturelle.

L’airelle

L’airelle possède un pouvoir antiseptique sur les voies urinaires et intestinales. Il suffit de diluer 6 gouttes de bourgeons d’airelle, vendus en magasin bio, dans une cuiller à soupe d’eau minérale. L’opération sera effectuée matin et soir pendant un mois et deux fois par an.

Aucune contre-indication. Cependant, les gouttes doivent être obligatoirement diluées dans l’eau.

Un cataplasme d’argile verte

Cette solution soulage la douleur du bas ventre. Appliquez le cataplasme prêt à l’emploi sur la zone de la vessie. D’argile verte, il doit faire environ 2 cm d’épaisseur. Dès les signes de chaleur, ôtez le cataplasme et renouvelez l’opération si besoin est.

Ce remède naturel ne présente aucun danger et n’a pas de contre-indication.

Un massage aux huiles essentielles

Certaines huiles essentielles possèdent des propriétés décongestionnante et antiseptique. Massez-vous le bas du ventre en période de crise, de 3 à 4 fois par jour. Utilisez un mélange d’huile essentielle de santal, de sariette, d’estragon et de thym à thujanol (1 goutte de chaque) ainsi que 5 gouttes d’huile essentielle de calophylle.

Attention, les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées chez l’enfant et la femme enceinte.

Une cure de probiotiques

Rien de tel pour restaurer la flore vaginale malmenée par les antibiotiques. Utilisez des probiotiques pour booster l’immunité de vos muqueuses.

Il s’agit d’une  cure de 2 mois utilisée en prévention ou après la prise d’antibiotiques. Cela se présente sous la forme de capsule ou sachet, à prendre à jeun avec un verre d’eau ou de jus de fruit.

Point d’acupression

Un point d’acupression peut faciliter la guérison d’une cystite. Stimulez l’énergie de votre vessie en massant le point situé derrière la malléole externe du pied. Il s’agit de la petite excroissance osseuse, laquelle est située à l’extérieur de la cheville. Vous pouvez également masser le creux entre l’annulaire et le majeur.

Il n’existe aucune contre-indication pour les enfants. En revanche, l’acupression n’est pas conseillée chez la femme enceinte.

L’homéopathie

En cas de cystite sans germe, un traitement homéopathique peut suffire afin de prévenir et soulager les symptômes.

En cas de cystite aigüe, prenez 3 granules toutes les heures de Cantharis 5 CH et de Mercurius Corrosivus 10 DH.

Si vous souffrez de cystite chronique ou à répétition, prenez 3 granules tous les soirs de Lycopodium 7 CH (si sédiments rouges dans les urines), Sepia 5 CH (en cas de sensation de lourdeur dans la vessie ou cystite de grossesse), Pareira Brava 4 CH (besoin d’uriner constamment) et Staphysagria 7 CH (surtout pour les cystites intervenant après les rapports sexuels).

Conseils de prévention contre la cystite

Il faut savoir que la survenue de la maladie résulte de plusieurs facteurs et habitudes.

La cystite n’est pas une pathologie transmissible sexuellement. Cependant, le taux de bactérie dans l’urine augmente après un rapport sexuel. Il est donc recommandé d’uriner tout de suite après.

Des mauvaises habitudes d’hygiène peuvent également provoquer une infection urinaire. Ne vous essuyez jamais de l’arrière vers l’avant après être allé à la selle, par exemple.

L’utilisation de spermicides favorise également la survenue de la maladie.

De manière générale, il est conseillé de porter des sous-vêtements en coton et non en matières synthétiques. Evitez également les vêtements trop serrés qui augmentent le risque de cystite. Privilégiez aussi les produits d’hygiène intime doux et renoncez aux douches vaginales.

Enfin, un manque d’hydratation ou le fait de se retenir d’aller aux toilettes contribuent à la survenue d’une infection urinaire. En effet, l’urine stagne dans la vessie, ce qui engendre une colonisation de bactéries.