Les atouts des huiles essentielles

diffuseur huile essentielle

Nommées HE dans les blogs et sur les revues médicalisées, les huiles essentielles font partie de la phytothérapie par le biais de l’aromathérapie. Elle s’obtient par distillation des fleurs, plantes et fruits (écorces, zestes). Elles agissent de plusieurs manières : en les respirant ou en les absorbant en boisson, en gouttes directement sous la langue, en application cutanée, et même en suppositoire.

Ces huiles ont la particularité de ne pas contenir de corps gras à proprement parler, mais des essences de produits distillés, elles sont donc liposolubles et facilement absorbées par la peau et les muqueuses comme la langue et le nez.

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Comme indiqué au-dessus, il y a plusieurs techniques afin que le corps absorbe ces huiles essentielles. Mais on doit utiliser les huiles essentielles selon les besoins de chacun. Il y a celles qui apportent un certain bien-être pour la maison, elles seront alors diffusées grâce à un appareil spécialement conçu pour cet usage, celles que l’on inhale de façon thérapeutique directement avec un inhaleur personnel, puis les autres à absorber de façon orale, rectale ou cutanée.

On utilise les HE dans tous les domaines de la santé et de la relaxation, y compris les traitements lourds comme la chimiothérapie ou les greffes de peau.

  • Diffuseur : il y a 4 sortes de diffuseurs, un paragraphe leur est dédié.
  • Inhaleur : c’est un petit outil pharmaceutique ressemblant à une grosse canule arrondie contenant une mèche(tampon, buvard) imbibé d’huiles essentielles. On amène cet instrument à une narine et on la respire de façon à diffuser les HE sur les muqueuses nasales voire plus loin, comme les poumons selon les indications du médecin ou du pharmacien. Cet instrument est protégé entre deux inhalations par un bouchon à vis.
  • Cutané : il ne faut jamais utiliser d’huiles essentielles à même la peau, on doit préalablement les diluer au moins à 1 goutte d’HE pour 10 gouttes d’huile neutre (Argan, olive, amande douce, sésame… même tournesol ou colza). L’huile est passée sur les parties à traiter, elle doit être massée sommairement pour ne pas être totalement absorbée en laissant un film lipidique.
  • Comprimés, suppositoires : pour un usage oral ou rectal, la présentation du remède est assez grasse et souple, il faut faire attention qu’il ne fonde pas dans les doigts.

Quelle huile essentielle utiliser ?

En aromathérapie comme en phytothérapie, on vous dira que tous les remèdes aux maux sont dans la nature. Selon le mal dont on souffre, le remède est à proximité, maladie des montagnes, plantes des montagnes, maladie de bord de mer, le remède est au bord de la mer ou à proximité dans les terres.

Tout a commencé avec le papier d’Arménie et l’encens, ils étaient tous deux destinés à changer les mauvaises odeurs de l’air en le purifiant, mais beaucoup n’appréciaient pas ces senteurs non plus. On a pensé aux pots-pourris, aux écorces d’agrumes, au sachet de lavande… des parfums qui amenaient des effets bénéfiques au moral et au physique tout en changeant l’atmosphère des pièces. L’effet était réel mais assez minime tout de même et on ne trouvait pas ces fleurs, fruits et plantes toute l’année. De plus, des études scientifiques ont confirmé les bienfaits de certaines odeurs très concentrées sur certaines maladies ou états déficients, les hydrolats et huiles essentielles allaient inonder le marché par l’aromathérapie.

Par exemple :

  • L’eucalyptus ou la lavande assainit la pièce et aide à lutter contre les maladies d’hiver comme le rhume, rhinite, état grippal…fièvre.
  • Les agrumes donnent une bonne odeur à la maison et réconforte tout en dynamisant, idéal en cas de dépression ou en hiver, période à laquelle on manque de lumière du jour.

Attention, il ne faut pas utiliser d’HE en présence de nouveau-nés, nourrissons et femmes enceintes. D’autres personnes peuvent être aussi fragilisées par ces huiles. Il vaut mieux se renseigner auprès d’un pharmacien, d’un médecin ou sur un site dédié.

Les différents diffuseurs d’huiles essentielles

Il existe plusieurs sortes de machine pour diffuser des huiles essentielles, certains diffuseurs sont pratiques , certains diffuseurs sont pratiques , ils peuvent être emmenés partout ou d’une pièce à l’autre, d’autres très performants. À chacun son diffuseur selon son budget et ses besoins.

Diffuseur par nébulisation

Appelé aussi nébuliseur ou nébulisateur, c’est de loin, le meilleur.

Une pompe aspire l’air qui frappe et fait tourner les huiles essentielles en les projetant contre les parois en verre du diffuseur. Les plus légères montent et s’échappent à travers la pièce pendant que les plus grosses et lourdes retombent au fond du récipient et repartent pour un tour.

Cette technique est utilisée à froid conservant toutes les propriétés des HE ainsi que leurs parfums et leurs effets thérapeutiques.

Il n’utilise pas d’eau. Les vibrations sont légèrement sonores. La durée de diffusion est de 10 min.

Ils peuvent être utilisés pour des pièces jusqu’à 100 m².

On les trouve en verre, en bois ou en bambou pour la base, mais généralement une pièce de verrerie est en contact avec l’huile essentielle montant vers le col avant de se disperser dans la pièce.

On peut l’utiliser tous les jours sans le nettoyer et changer d’huile à chaque diffusion sans problème. On doit le nettoyer seulement s’il n’a pas été utilisé depuis une longue période.

Les diffuseurs par brumisation ou ultrasonique

Une pastille vibre à haute fréquence au fond du diffuseur, elle fait fortement trembler les 200 ml d’eau à laquelle des gouttes d’HE ont été ajoutées. Les gouttelettes projetées en brume sont assez lourdes, car elles sont gorgées d’eau et ne peuvent se propager que dans un espace assez réduit, 30 m² au maximum.

Le parfum est présent, mais les effets thérapeutiques sont assez faibles.
Le diffuseur est généralement en plastique. Il est silencieux grâce à cette vibration ultrasonique.

Il nécessite un nettoyage fréquent, au moins tous les 3 jours s’il est utilisé quotidiennement. La durée de diffusion est de 1 à 3 h. C’est un appareil idéal pour débuter dans l’aromathérapie.

Les diffuseurs par chaleur douce

Les huiles essentielles ne doivent pas être chauffées à plus de 40° C, elles perdraient leurs bienfaits.

Ce diffuseur, généralement en porcelaine, se branche sur secteur par cordon ou directement, la prise étant noyée dans la coque. Il ressemble à un gros galet creux dans lequel on verse quelques gouttes. Une fois l’interrupteur enclenché, la résistance chauffe et se régule pour qu’elle ne dépasse pas les 40° C.

On peut changer l’huile d’une fois sur l’autre en nettoyant simplement le galet d’un coup de chiffon alcoolisé.
Il n’utilise pas d’eau.
Il est silencieux.
Il couvre de 15 à 20 m² à cause du peu de puissance qu’il possède.

Les diffuseurs par ventilation

Comme son nom l’indique, l’appareil diffuse les huiles essentielles grâce à un petit ventilateur et un buvard imbibé d’huiles essentielles, appelé aussi tampon. Certains modèles se passent de buvards.

Le système ne chauffe pas ou très peu les huiles essentielles, seul le mouvement des pales peut apporter une température supérieure à l’air ambiant. Il peut fonctionner sur secteur, en câble USB, et même sur piles. Certains entrent dans le sac à main et sont utilisables partout même dans la voiture ou au bureau. S’il on veut utiliser plusieurs huiles essentielles, il faut avoir recours à plusieurs diffuseurs. Il n’utilise pas d’eau. Sa diffusion est très réduite.