Sophrologie : Comprendre ses principes et ses avantages

Sophrologie Comprendre Ses Principes Et Ses Avantages Vue Html Ajouter Une Note

La sophrologie : le corps et l’esprit au service du bien-être et du développement personnel

Médecine douce et d’accompagnement, la sophrologie est à la croisée des chemins de différentes cultures mais aussi de différentes voies d’approche et d’amélioration du bien-être individuel. Elle prend ses sources dans des sciences occidentales (telles que la psychanalyse et la psychologie) et orientales (notamment le yoga et la spiritualité zen). Pratiquement, mélange subtil d’exercices psychiques et physiques, elle a pour objectif de créer, renforcer et rééquilibrer le lien entre le corps et l’esprit, permettant ainsi le développement de potentialités souvent ensommeillées et donc inexploitées. Lisa Vidil, diplômée de l’Institut de Formation à la Sophrologie, sophrologue à Roanne, accompagne ses patients dans ce cheminement de réunification du corps et de l’esprit.

Lire aussi : Traitements naturels d’une hernie hiatale

La relaxation dynamique

Réalisée naturellement, sans artifices tels qu’accompagnement sonore ou lumière tamisée, la relaxation dynamique est le premier pan de la sophrologie. Elle est basée sur des exercices de relâchement et de relaxation musculaire ainsi que sur des exercices de respiration souvent réalisés en coordination avec les mouvements corporels. Les différents degrés de la relaxation dynamique constituent un cheminement fait d’exercices de concentration, de perception renforcée du corps dans son environnement spatiotemporel immédiat et de libération des tensions. Cette mobilisation et cette augmentation de la conscience corporelle sont indispensables puisqu’elles conduisent le patient à pleinement s’approprier son corps plutôt que d’en être simplement l’hôte.

L’union du corps et de l’esprit

Une fois maîtrisés les premiers degrés de la relaxation dynamique, le patient, accompagné de son thérapeute, va apprendre à réunir son « moi » physique et son « moi » spirituel. Autrement dit, si au début de la démarche il s’agissait d’une forme de méditation « sur » son corps à l’instant présent, la suite correspond à une méditation « avec » son corps. La distance entre le corps et l’esprit s’estompe pour laisser place à une qualité de conscience augmentée de l’ensemble de l’individu, physique et psychisme se rejoignant et se fondant l’un dans l’autre.

A ce dernier stade, l’évocation de valeurs existentielles et la visualisation interne d’images positives conduisent le patient à se considérer comme un tout. Il devient élément d’un environnement présent mais aussi futur qu’il voit désormais sous un autre angle, comme si c’était la première fois, et qu’il appréhende de manière différente et plus bénéfique pour son épanouissement.

La sophrologie : pour qui ?

Sans même parler de problématiques particulières, nous vivons dans une société où cette approche holistique de l’individu s’est perdue, initiant pour la plupart une distanciation du corps et de l’esprit. Nombre de patients n’en ont pas conscience avant d’entamer la démarche et ne le découvrent qu’après. Mais bien entendu la sophrologie aide aussi à résoudre des problématiques plus ponctuelles. En premier lieu, cette démarche s’applique à tous ceux qui sont soucieux d’améliorer leur vie quotidienne en dormant mieux, en retrouvant leur énergie perdue et en sachant gérer le stress qu’il soit personnel ou professionnel.

Par ailleurs, sans prétendre les soigner seule, la sophrologie aide aussi à faire face à des troubles comportementaux : phobies, addictions etc... La recherche de performance est aussi une motivation et peut s’adresser aux étudiants ou aux artistes par exemple. La plupart des sportifs de haut niveau, des joueurs de poker et d’échecs professionnels, ont aujourd’hui leur sophrologue attitré qui les accompagne dans leur quête de performance.

Enfin, la sophrologie trouve aussi sa raison d’être dans un cadre purement médical comme médecine d’accompagnement : son efficacité dans des problématiques telles que gestion de la douleur, le suivi post opératoire et certains troubles psychologiques n’est plus à prouver.

Lire aussi : Crise d’angoisse : les traitements naturels