Le rachat de crédit hypothécaire

rachat de crédit hypothécaire

Dans le secteur bancaire, il existe plusieurs opérations. Parmi elles, le rachat de crédit hypothécaire. Si son principe s’avère similaire à celui des regroupements de prêts classique, il existe toutefois quelques différences. Découvrez en quoi le rassemblement d’emprunts hypothécaire est intéressant pour les emprunteurs. Quels sont les avantages et les inconvénients de recourir à cette opération bancaire ? On vous dit tout sur les pièges à éviter, et la procédure à suivre pour faire accepter votre dossier. Focus sur le rachat de crédits avec hypothèque de votre bien immobilier (maison ou appartement).

Qu’est-ce que le rachat de crédit hypothécaire ?

On appelle rachat de crédit hypothécaire le regroupement de prêts associé à un crédit hypothécaire. L’opération bancaire concerne le plus fréquemment le rassemblement d’un crédit immobilier avec un ou plusieurs prêts à la consommation. L’objectif consiste alors à restructurer les créances de l’emprunteur. Elles sont regroupées en une seule mensualité dont le montant se révèle plus faible. Et la durée de remboursement s’avère davantage étalée dans le temps.

D’autre part, lorsque le rachat vise les crédits détenus par un propriétaire, le remboursement de la nouvelle mensualité est garanti par une hypothèque sur le bien immobilier. Un propriétaire peut alors souscrire un regroupement à n’importe quel moment, à condition de pouvoir justifier la somme à refinancer.

Le plus souvent, la réalisation d’un rachat immobilier répond à une envie de financer un projet particulier (acquisition d’une résidence secondaire pour la mettre en location, par exemple). Et en cas de situation de surendettement, le rachat de crédit hypothécaire permet de renflouer ses comptes.

Comment ça marche ?

Le principe d’un rachat de crédit hypothécaire reste similaire à celui d’un regroupement d’emprunts classique. L’organisme  bancaire rachète vos crédits en cours dans différents établissements et met en place une mensualité unique. La durée de remboursement varie en fonction de l’offre mais elle ne peut excéder 25 ans.

Généralement, le montant du regroupement des dettes s’avère plus important que dans le cadre d’un rachat de crédits à la consommation. Par conséquent, l’organisme de rassemblement d’emprunts garantit l’opération bancaire avec votre bien immobilier.

A savoir : si vous avez déjà garanti votre prêt immobilier par une hypothèque, celle-ci sera simplement remplacée par celle du rachat de crédits. Par ailleurs, une mise en hypothèque requiert l’intervention d’un notaire, et donc des frais supplémentaires s’élevant à environ 2%. Ils sont inclus dans le rassemblement de prêts.

Les avantages

Le principe du rachat de prêts hypothécaire est d’utiliser un bien immobilier en garantie. Par conséquent, l’établissement bancaire se sent rassurée pour se lancer dans l’opération. En outre, il s’agit d’un véritable vecteur de sécurité pour les banques classiques et autres organismes de rachat de crédits. En effet, l’hypothèque représente un gage de solidité du dossier.

Les emprunteurs ayant recours au regroupement de prêts hypothèque ont plus de chances d’obtenir une offre de rachat dans les meilleures conditions, y compris en cas d’inscription au FICP (Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux particuliers).

Et si vous décidez d’avoir recours à un courtier en rachat de crédits, vous pourrez également bénéficier de taux avantageux.

Enfin, le regroupement de prêt hypothécaire peut-être intéressant pour les emprunteurs qui ne peuvent pas souscrire un nouveau crédit en raison de leur âge ou de leur état de santé.

Les inconvénients

Parmi les principaux inconvénients au rachat de crédits hypothécaire, il y a  les démarches pour monter le dossier. Elles engendrent un surcoût avec les frais de notaire en charge de l’hypothèque du bien immobilier. En effet, à travers un acte notarié, le notaire juge la valeur réelle du bien immobilier sans le surévaluer. Cette étape se révèle fondamentale car la valeur de la maison va conditionner l’obtention du rachat. Certaines banques et organismes de regroupement de prêts proposent une quotité hypothécaire à 100 % pendant que d’autres ne vont pas au-delà de 80 %.

D’autre part, quoique minime, il existe un risque de voir son bien immobilier vendu en cas de non remboursement de ses dettes. En effet, si l’emprunteur ne s’acquitte pas correctement de sa mensualité, l’organisme prêteur peut procéder à la vente de son logement. Bien sûr, cela fait partie des cas extrêmes. En outre, l’établissement financier mettra tout en œuvre pour trouver une solution à l’amiable avant de recourir à la saisie.

Ensuite, il faut savoir que les banques traditionnelles ne sont pas toujours en mesure de mettre en place ce genre d’opération. Les rachats de crédit hypothécaire requièrent un service personnalisé. Il est donc préférable de s’adresser à un courtier en rachat de crédit hypothécaire pour profiter du meilleur taux, et être accompagné dans les démarches notariales. Le courtier peut notamment faire baisser les frais d’hypothèque.

Demander un rachat de crédit hypothécaire : comment faire ?

D’abord, sachez que n’importe quel propriétaire d’un bien immobilier (appartement, maison) et ayant au moins un emprunt à la consommation en cours, peut demander un rachat de crédit hypothécaire. Et peu importe sa situation professionnelle : salarié, artisan, commerçant, profession libérale, retraité.

La procédure est la même que pour un rachat de crédits classique. Une étude sera réalisée sur le profil de l’emprunteur afin de s’assurer de la faisabilité de son projet. Seront donc pris en compte ses revenus, ses charges, le montant des crédits, le taux d’endettement, le reste à vivre, le ratio hypothécaire ainsi que les éventuels nouveaux besoins. D’autre part, l’organisme de prêt va apporter une attention toute particulière à la valeur du bien immobilier de l’emprunteur. Lorsque toutes ces informations seront récoltées, l’organisme de rachat de prêts hypothécaire proposera une offre de regroupement de crédits à l’emprunteur.

L’emprunteur bénéficie ensuite d’un délai de réflexion de 10 jours, à compter du lendemain de la réception de l’offre. A partir du 11ème jour, il pourra accepter ou refuser l’offre reçue. En cas de validation, il renverra l’offre signée à l’organisme de prêt.

A noter : si le rassemblement ne concerne que des prêts à la consommation, l’emprunteur dispose d’un délai de rétractation de 14 jours à compter de la date de signature de l’offre.

A lire aussi >> Le rachat de crédit FICP

Emilie Cartier
Rédactrice web freelance, Émilie se passionne pour les sujets du quotidien (santé, finance...) et les astuces qui facilitent la vie de tous les jours. Elle aime écrire des publications utiles et informatives, une activité à laquelle elle peut se livrer grâce à Expertpublic.