Acheter sa résidence principale ou investir dans le locatif : que choisir ?

achat résidence ou investissement locatif

Chacun se pose, au moment de se lancer dans la vie, une question déterminante. Vaut-il mieux acquérir sa résidence principale ou acheter un bien immobilier destiné à la location ? Chacune de ces solutions comporte son lot d’avantages et d’inconvénients. Chaque personne choisira celle qui convient le mieux aux singularités de sa situation propre.

Acheter sa résidence principale

Beaucoup de nos contemporains considèrent que l’achat d’un bien immobilier représente le meilleur moyen de se constituer un capital et de le transmettre à ses enfants. Par ailleurs, ce logement est le vôtre, et vous pouvez l’aménager à votre goût, sans avoir de comptes à rendre à personne. À cet égard, il vaut d’ailleurs mieux faire l’acquisition d’un logement neuf. Comme il est en excellent état, vous n’aurez pas besoin d’entreprendre des travaux pour le rénover. Si vous résidez dans ce département, profitez ainsi d’un programme neuf dans le Calvados, qui vous offre un suivi personnalisé et toutes les garanties d’une expertise professionnelle.

De même, payer un loyer vous reviendra souvent plus cher que d’acquitter une mensualité de crédit immobilier. Et si vous avez conservé le bien assez longtemps, vous pouvez envisager de le revendre en réalisant une intéressante plus-value. Cette opération est d’autant plus avantageuse que le montant de la plus-value n’est pas imposable.

Cependant, l’achat d’une résidence principale n’est avantageux que si vous comptez l’habiter sur le long terme. Si la période de résidence est trop brève, vous aurez surtout remboursé les intérêts du prêt. Dans ce cas, la location semble plus appropriée. Par ailleurs, il n’est pas sûr que vous puissiez, après un laps de temps trop court, réaliser une réelle plus-value.

Cette considération est à prendre d’autant plus en compte que l’évolution de la société ne favorise pas la stabilité des parcours. Les personnes entrant sur le marché du travail peuvent en effet s’attendre à exercer plusieurs métiers au cours de leur carrière. De même, la vie personnelle commence à se construire plus tardivement. En effet, la durée des études s’allonge et de nombreux couples n’envisagent pas d’avoir des enfants avant l’âge de trente ans. Autant de facteurs qui font réfléchir avant de s’engager dans une période de remboursement du crédit, qui peut s’étaler sur des décennies.

Enfin, l’achat d’une résidence principale représente une charge financière non négligeable, qui impose de faire des choix, et même des sacrifices. En dehors du remboursement du prêt immobilier, et des éventuels travaux de remise en état, il faut prévoir le paiement de la taxe foncière et des éventuelles charges de copropriété.

Un autre choix possible : l’investissement locatif

Investir son argent dans l’achat d’un logement destiné à la location comporte des avantages. Le montant des loyers peut d’abord permettre de rembourser le crédit immobilier. Une fois à la retraite, les loyers du bien loué représentent un revenu supplémentaire, qui s’ajoute à des pensions parfois modestes. Vous pouvez aussi le placer sur des produits d’épargne rentables ou payer les études de vos enfants. Ce bien représente de toute façon un patrimoine solide, qui se transmettra à vos proches.

Ce logement, vous pouvez aussi envisager de l’habiter à un moment donné. Il est également possible d’y loger vos enfants qui, confrontés à la cherté des loyers, ont peut-être du mal à trouver un logement. Du fait de l’évolution générale du marché immobilier, il est également probable qu’en cas de vente de votre bien, après des années de location, vous réalisiez une plus-value notable.

Enfin, certains dispositifs fiscaux font de l’investissement locatif une opération avantageuse. Dans certains cas, les intérêts des emprunts contractés pour la rénovation du logement, par exemple, sont déductibles des impôts. D’autres mesures, comme la loi Pinel, encouragent l’investissement locatif en consentant des réductions fiscales aux acheteurs décidés à louer le bien acquis.

L’investissement locatif rencontre cependant certaines limites. Compte tenu de l’état de tension du marché locatif, dans certains endroits, il n’est d’abord pas toujours facile de trouver un locataire pour son logement. Pour éviter en partie cet inconvénient, il convient de proposer à la location un bien en excellent état, propre à séduire de futurs locataires. Les loyers impayés, et la lourdeur des procédures à l’encontre des mauvais payeurs, sont également de nature à décourager l’investissement locatif.

Par ailleurs, certains dispositifs imposent aux propriétaires, en contrepartie de réductions fiscales, un plafonnement des loyers susceptible d’accroître l’offre locative. Dans le même ordre d’idées, l’encadrement des loyers, expérimenté dans quelques grandes villes, peut limiter les revenus attendus de l’investissement locatif.

L’investissement locatif a par ailleurs intérêt à se concentrer dans les programmes de logements neufs. Dans le cas contraire, le budget à prévoir pour les travaux d’entretien, ou même de rénovation, rend l’opération peu avantageuse.

Enfin, et bien que ce scénario ne soit pas le plus probable, la baisse des prix de l’immobilier est toujours possible. Pour éviter certains de ces risques, il importe donc, avant d’investir dans le locatif, de prendre tous les renseignements nécessaires sur le logement et la situation locative locale.