Du cannabis utilisé pour un essai clinique sur le cancer de 3 ans

Screenshot 20211222 091906

Il s’agit d’une première mondiale. Utiliser le cannabis pour contrer les effets d’un cancer agressif, voilà l’objectif de l’organisation caritative Brain Tumour Charity, qui cherche à récolter un total 400 000£ pour financer son essai clinique sur une période de trois ans. Pour l’évènement, du cannabis 100% français servirait aux essais. Explications.

Des essais cliniques qui pourraient faire avancer la recherche

Depuis quelques années, le cannabis fait partie des plantes médicinales les plus consultées, afin de trouver quels en sont les vertus et atouts. Très récemment, son action anxiolytique et anti-douleurs ont été utilisées en essai clinique contre des maladies graves et chroniques, incluant notamment les rhumatismes. Le cannabis présente un potentiel énorme pour le domaine de la santé, et la recherche l’a bien compris.

C’est pourquoi cette annonce d’un essai clinique de trois ans pour traiter les symptômes du cancer à l’aide du cannabis fait grand bruit. Plus exactement, c’est l’organisation caritative, Brain Tumour Charity, qui met en avant l’âge précoce auquel décèdent les patients atteints de cancers du cerveau agressifs, et les conditions de douleurs difficiles à supporter qu’ils subissent. Leur étude consiste donc à intégrer, dans le programme de radiothérapie et chimiothérapie, l’utilisation d’un spray oral à base de cannabinoïdes, le Sativex (qui est le seul médicament à base de cannabis autorisé en France), pour étudier le rapport à la douleur, mais aussi l’amélioration potentielle de certains symptômes. Le but n’est pas la cure, mais bien l’observation d’une possible amélioration.

Les temps changent, partout dans le monde

Alors que cette étude est déjà soutenue par des célébrités telles que le champion olympique Tom Daley, elle bénéficie d’un soutien large au Royaume-Uni (avec le soutien financier des hôpitaux de Leeds, où se déroulera l’essai clinique), et peut prétendre à plus encore, à la vue des débats actuels autour du cannabis. Aux États-Unis, le cannabis récréatif a été légalisé État après État, en seulement quelques années. En Allemagne, la tendance semble aller dans le même sens du côté des landers. Au Luxembourg, vous avez désormais le droit de cultiver votre propre herbe de Blackwater (https://www.cannaconnection.fr/varietes/blackwater) chez vous, et même au Royaume-Uni, les essais cliniques sur le cancer sont sur le point de commencer.

En d’autres termes, cette étude tombe à pic dans le paysage de la recherche sur le cannabis. Bien que certains pays ne soient pas favorables à de telles recherches, certains pays comme la France ont aussi lancé leurs essais cliniques sur des sujets similaires, avec par exemple l’analyse du combo CBD-THC pour lutter contre les douleurs dans le cadre d’un cancer.

Le lent progrès de la France

Cette étude, qui devrait concerner 230 patients sur 15 hôpitaux différents au Royaume-Uni sur une durée de 3 ans, pourrait aussi bénéficier d’autres pays par d’autres biais. En effet, le Sativex, qui reste produit au Royaume-Uni, utilise des cultures produites en France. Paradoxalement, l’Hexagone reste assez timide sur le sujet, avec des lois encore strictes sur l’usage, la consommation ou la vente de cannabis sur son territoire. Depuis 2021, la position évolue avec l’autorisation des essais cliniques, mais rien n’est encore fait, et contrairement à ses voisins allemand, italien ou bulgare, la France ne parle pas encore de dépénalisation ou de légalisation du cannabis, malgré la récente directive européenne.

Avec cette nouvelle étude, cela permettrait de trouver les bonnes réponses concernant le cannabis et ses atouts réels pour les maladies neurologiques, ce qui serait une grande avancée pour le monde de la science.

A lire aussi : Arrêt du tabac, les bénéfices pour la santé

4.9/5 - (27 votes)