Comment céder son entreprise ?

Ceder Son Entreprise

Vous souhaitez mettre en vente l’entreprise que vous avez créée ou reprise ? Pour trouver un acquéreur et réussir la transaction, suivez nos conseils sur les différentes étapes. Quelles sont les questions à se poser avant de céder son entreprise ? Comment trouver un acheteur potentiel ? Faut-il se faire accompagner dans le processus de cession ? Nous répondons à toutes vos interrogations.

Céder son entreprise, oui, mais pour quelles raisons ?

La cession d’une entreprise est une transaction généralement longue. La durée varie en fonction des spécificités de l’entreprise, mais il faut compter au minimum un an. Avant d’enclencher le processus, le dirigeant doit réfléchir et se poser les bonnes questions :

  • Pourquoi souhaitez-vous vendre votre entreprise ?
  • Dans quelles conditions voulez-vous céder votre entreprise ?
  • Que désirez-vous faire une fois votre entreprise cédée ?

Demandez-vous si vous êtes vraiment prêt. N’allez-vous pas faire marche arrière au dernier moment ? Si vous revenez sur votre décision, cela représente une perte de temps importante pour vous mais aussi pour l’acheteur. Il faut être bien conscient qu’une cession implique de nombreux changements dans sa vie professionnelle mais aussi personnelle (habitude, mode de vie, statut pro…).

Cession d’une entreprise : les différentes possibilités

Lorsque l’on souhaite vendre son entreprise, vous devez choisir l’une des deux  possibilités suivantes :

  • la vente des titres : option la plus courante qui peut être immédiate ou s’effectuer progressivement. L’acheteur reprend tous les actifs et passifs de la société. Une garantie permet de protéger l’acquéreur des préjudices éventuels qui pourraient intervenir après la cession et dont la cause serait antérieure à la vente ;
  • la vente du fonds de commerce. La société cède alors le matériel, les outils, les meubles, l’agencement ainsi que la clientèle, les contrats de travail, le nom commercial, l’enseigne, le droit au bail, et éventuellement les brevets, marques ou encore licences. En résumé, tout ce qui s’avère nécessaire à l’exploitation de l’entreprise.

En tant que vendeur, vous devez choisir l’option qui convient le mieux à votre situation. Ce choix influe sur le prix de vente et la fiscalité.

Quel est le meilleur moment pour céder son entreprise ?

Pour vendre son entreprise au meilleur prix, il vaut mieux attendre le moment le plus favorable d’un point de vue économique. Attendez également la signature de nouveaux contrats commerciaux. Et un chiffre d’affaires en progression est aussi un bon indicateur pour céder.

Ayez en tête que l’acheteur se base essentiellement sur les perspectives d’avenir de la société, et pas uniquement sur son passif.

Bien évaluer son entreprise pour la céder

Pour céder son entreprise à un bon prix, il est indispensable de définir ses atouts ainsi que ses faiblesses. Et il faut aussi établir un diagnostic complet et totalement objectif, à la manière d’un check-up. Celui-ci comportera :

  • le positionnement de l’entreprise vis-à-vis de la concurrence : produits ou services, fournisseurs, clientèle ;
  • les collaborateurs : compétences, climat social, rémunération, recrutement…
  • la comptabilité : audit sur les deux derniers exercices, dettes, créances, budget prévisionnel de l’année en cours ;
  • moyens de l’entreprise : futurs investissements pour développer l’activité ;
  • réglementation du secteur d’activité, état des contrats, brevets, marques…

Se faire accompagner pendant la cession de son entreprise

Pour céder son entreprise dans de bonnes conditions, il est impératif de se faire accompagner par des professionnels. Il existe des cabinets de conseil en acquisition qui accompagnent les dirigeants tout au long du processus de vente. Les experts vous aident à préparer votre dossier (présentation de l’entreprise, évaluation financière) et vous conseillent jusqu’à la signature de l’acte de cession.

En outre, la vente d’une entreprise demande beaucoup de temps. Se faire accompagner permet de se décharger d’étapes souvent longues et fastidieuses. Ainsi, vous pouvez vous concentrer sur les performances de votre société, ce qui est primordial pour vendre son entreprise dans de bonnes conditions.

Par ailleurs, les cabinets de conseil en cession d’entreprise ont pour habitude de présenter les entreprises de façon attractive, ce qui permet de réaliser une plus-value. Ils négocieront les meilleures offres auprès des acquéreurs.

Mise en vente d’une entreprise : choisir son repreneur en toute discrétion

Vous êtes à la recherche d’un acquéreur pour reprendre votre affaire ? Paradoxalement, il convient de rester discret sur la mise en vente. Les informations relatives au projet de cession doivent rester totalement confidentielles auprès de la concurrence, de vos fournisseurs, et même de vos salariés. Le cas contraire, cela risquerait de perturber l’activité de l’entreprise pendant le processus de vente.

Pour ne pas ébruiter des informations capitales, il vaut mieux cibler des acquéreurs potentiels possédant les fonds nécessaires pour acheter. Vous avez totale liberté sur le choix du repreneur. Il peut s’agir d’une autre entreprise, d’un collaborateur, d’une personne extérieure à l’entreprise ou encore d’un membre de la famille. Les possibilités sont multiples. En fonction de la qualité du repreneur, la transmission ne sera pas organisée de la même manière.

Enfin, sachez que vous pouvez prendre les devants en contactant directement un candidat à la transmission, par vos propres moyens ou en passant par un intermédiaire.

Entreprise cédée : et après ?

Le dirigeant continue d’occuper une place importante dans l’entreprise qu’il a cédé en raison de son savoir-faire et de ses liens particuliers avec les salariés, clients et fournisseurs. Il est tout à fait possible d’accompagner l’acquéreur pendant quelques temps. Il s’agit d’une période transitoire destinée à sécuriser l’activité de l’entreprise. Ainsi, l’acheteur a le temps de se familiariser avec la société. Au cours de cette période, présentez-lui les collaborateurs, fournisseurs et clients. Attention toutefois à ne pas être trop envahissant.

Enfin, songez à l’après entreprise, quand vous seriez délié de toutes vos responsabilités. Si vous avez envie de vous éloigner de la vie entrepreneuriale, prévoyez une activité dans laquelle vous pourriez vous investir. Il peut s’agir d’une activité sportive, associative, humanitaire, culturelle… ou de mettre à profil votre nouveau temps libre pour vous adonner à une passion (voyage, jardinage…).