Le fort Montbarey de Brest, mémorial des Finistériens – Informations et horaires

fort montbarey à brest

Le fort de Saint-Pierre, dit Montbarey, fut édifié à la demande du roi Louis XVI. Utilisé par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, c'est de nos jours, un musée consacré à l'histoire du Finistère durant ce conflit.

Fort Montbarey au XVIIIe siècle

Bâti entre 1777 et 1884, cet ouvrage fortifié pouvait abriter de 500 à 600 soldats et soutenir un siège de 3 semaines. La volonté de Louis XVI était de renforcer le système de défense développé par Vauban et faire de la ville une place forte imprenable. Le rôle principal du fort Montbarey de Brest était celui d'interdire l'accès de la ville aux Anglais par les terres intérieures. Des 5 forts (Portzic, Montbarey, Kéranroux, Penfeld et Questel) marquant la ligne défensive de la ville, c'était le plus important maillon situé à l'ouest. Il n'aura eu qu'un rôle dissuasif et sa construction fut achevée après la guerre d'Indépendance américaine. C'est d'ailleurs du port de Brest que partaient les flottilles de soutien aux Américains pendant la guerre d'Indépendance.

Fort Montbarey durant la 2e Guerre mondiale

Cette forteresse fut utilisée par les troupes allemandes pendant la 2e guerre mondiale de 1940 à 1944. Plusieurs centaines de républicains espagnols furent contraints, notamment, d'y effectuer les travaux de construction de la fameuse base sous-marine de Brest dans laquelle les Allemands installèrent un bataillon de parachutistes. Ce ne fut qu'après de nombreux assauts et l'utilisation intensive de chars lance-flammes « Churchill » que la place fut conquise et sa garnison faite prisonnière le 16 septembre 1944.

Fort Montbarey à la fin du XXe siècle

Reconstruit après guerre, le fort Montbarey de Brest devint le centre de commandement de la Défense Contre Avions (DCA) de la Marine du port de Brest. Il reçut alors dans sa cour, l'appui de deux gros bunkers. À l'époque, il portait également un radar de veille aérien. À la fin des années 1960, toutes les installations furent désaffectées.

La Marine nationale le met à disposition en 1984 pour en faire un musée consacré à l'histoire du Finistère durant la Seconde Guerre mondiale, incluant résistance et déportation. Le fort est propriété de l'État et est loué à la ville de Brest afin que celle-ci y déploie et y entretienne une exposition permanente sur la thématique de la Seconde Guerre mondiale. C'est l'association de type loi 1901, le « Mémorial des Finistériens », qui a pris en charge l'animation des lieux. L'association y commémore le souvenir de la guerre mais également la libération de la ville en évoquant la vie des soldats et en y exposant des véhicules et des armes de guerre.

Rôle de mémoire

Une exposition permanente intitulée « Brest en ruine » y est notamment présentée. Un « wagon de la mort » utilisé lors des déportations y est exposé ainsi que plusieurs véhicules américains, des pièces de DCA et un char anglais Churchill. En outre, ce musée gère plus de 10 000 documents et dossiers de résistants, victimes et militaires de la Seconde Guerre mondiale. Une crypte du souvenir, située au centre du fort, présente leurs noms. Celle-ci accueille plus de 10 000 visiteurs par an.

Informations pratiques

  • Adresse : Allée Bir-Hakeim B.P. 53111 – 29231 cedex 3 – Brest.
  • Téléphone : 02 98 05 39 46.
  • E-mail : fort.montbarey@free.fr
  • Horaires : le dimanche et du mardi au vendredi, y compris les jours fériés, de 14h à 17h.
  • Groupes : sur rendez-vous avec la possibilité de choisir d'autres jours et d'autres horaires.
  • Dernières entrées possibles : à 17h.
  • Les tarifs : adultes : 5 euros ; enfants à partir de 9 ans, étudiants et Anciens combattants : 3 euros.
  • Forfait scolaire : 25 euros par classe.