Professionnel de la santé : s’assurer et préparer sa retraite

retraite des professionnelles de santé

Médecins, dentistes ou auxiliaires médicaux, les professionnels de santé doivent, comme tout un chacun, préparer leur retraite. C'est dans ce but qu'ils sont affiliés à des caisses d'assurance vieillesse qui leur assurent une retraite de base et une retraite complémentaire. Ils peuvent aussi augmenter leurs revenus en se constituant, de diverses manières, une épargne personnelle.

Les retraites obligatoires

Comme toute personne qui travaille, les professionnels de santé cotisent, durant leur vie active, pour avoir droit, le moment venu, à une retraite de base et à une retraite complémentaire.

Cette logique contributive permet de calculer le montant de la retraite en fonction des cotisations versées. Pour avoir droit à une retraite de base à taux plein, le professionnel de santé doit valider un certain nombre de trimestres.

Le calcul de la retraite complémentaire, qui est, elle aussi, obligatoire, est un peu différent. Les cotisations versées au titre de la retraite complémentaire sont converties en points. La valeur du point change chaque année. Le calcul de la retraite complémentaire s'appuie sur la valeur du point au moment du départ à la retraite.

Pour les professions médicales exerçant leur activité sous forme libérale, il existe en plus une retraite surcomplémentaire, l'Avantage social vieillesse, ou ASV. Elle représente une partie importante de la retraite globale des médecins.

La retraite, de base et complémentaire, est fondée sur un principe de répartition. Ce système fait appel à la solidarité entre les générations. Ce sont les actifs travaillant actuellement qui cotisent pour les pensions des retraités d'aujourd'hui. S'exerçant aussi entre les bien portants et les malades, cette solidarité permet de maintenir le niveau de la retraite des personnes qui ont interrompu leur carrière à cause de la maladie.

En fonction de leur métier propre, les professionnels de santé relèvent d'une caisse de retraite spécifique. C'est ainsi que les médecins dépendent de la Caisse autonome de retraite des médecins de France, ou Carmf.

Les professionnels de santé peuvent aussi adhérer à la CIPAV, qui est une des principales caisses de retraite et de prévoyance des professions libérales. Les dentistes, les sages-femmes ou encore l'ensemble des auxiliaires de santé dépendent d'autres caisses de retraite.

L'épargne personnelle comme retraite facultative

épargne pour constituer uen retraite

Comme toute personne soucieuse de compenser la baisse de revenus consécutive au passage à la retraite, les professionnels de santé peuvent placer leur argent dans des produits financiers.

Cette autre forme de retraite, facultative, est alors fondée sur le principe de la capitalisation. les personnes concernées se constituent alors une épargne personnelle en vue de la retraite. Ils choisissent de la placer dans des produits financiers conçus à cet usage.

Le contrat retraite Madelin est l'un d'entre eux. Il est réservé aux professions libérales. Il permet de verser de l'argent qui, au moment de la retraite, sera converti en rente viagère, versée jusqu'à la fin de la vie de l'épargnant. Cette assurance professionnelle de santé est, pour les souscripteurs de ces contrats, la garantie d'une retraite plus confortable.

En vertu de la loi Madelin, votée en 1994, il a également été créé un régime complémentaire facultatif de retraite pour les médecins. Dans ce système, les cotisations sont converties en points.

Le calcul du montant de cette retraite complémentaire facultative s'effectue sur la base du nombre de points acquis, multiplié par la valeur de service du point, réévaluée chaque année. Géré par la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF), ce dispositif d'épargne profite de nombreux avantages.

Il s'agit en effet d'un placement sécurisé, qui bénéficie d'un rendement attractif et de la déductibilité des cotisations versées. Les professionnels de santé soucieux d'obtenir des informations complètes sur la carmf retraite trouveront de nombreuses informations sur les sites dédiés à ce sujet.

Le paysage des produits d'épargne retraite a cependant été modifié par le vote de la loi relative à la croissance et à la transformation des entreprises, ou loi PACTE. Votée en mai 2019, cette loi crée un nouveau produit d'épargne, le Plan d'épargne retraite, ou PER, qui peut être souscrit à titre individuel ou en entreprise.

Ce PER a vocation, à terme, à remplacer les produits d'épargne retraite existants. Pour les professionnels de santé, il s'agit surtout du contrat retraite Madelin et du Plan d'épargne retraite populaire, ou PERP.

Les professionnels de santé possédant un contrat Madelin ou un PERP peuvent continuer à verser leur épargne sur ces supports dans les mêmes conditions. Ils peuvent aussi, s'ils le souhaitent, transférer sans frais leur épargne retraite vers un PER.

Il ont également la possibilité, à compter du 1er octobre 2019, d'ouvrir un Plan d'épargne retraite. De toute façon, ils doivent prendre en compte que des produits d'épargne retraite comme les contrats Madelin ne seront plus proposés à partir du 1er octobre 2020.

Enfin, l'assurance-vie demeure, pour les professionnels de santé comme pour les autres, un produit financier attractif, dont l'épargne peut être convertie, au moment de la retraite, en capital ou en rente.