Ne pas se tromper pour son 1er achat immobilier : nos conseils

Reussir Achat Immobilier

Pour la première fois, vous allez acheter un bien immobilier. C'est une décision importante, qui doit être préparée avec soin. Pour réussir ce premier achat immobilier, il faut procéder avec méthode. En suivant ces quelques conseils, vous risquez moins de vous tromper et de commettre des erreurs.

Estimez votre capacité d'emprunt

Avant de vous lancer dans votre premier achat immobilier, la première chose à faire est d'apprécier votre budget et votre capacité à rembourser votre emprunt. Celle-ci doit être évaluée sur le long terme, avec la perspective de charges nouvelles, qui peuvent s'ajouter aux remboursements.

Vous devez ainsi réfléchir à la somme maximale que vous comptez consacrer à vos mensualités. N'hésitez pas à vous adresser à des professionnels qui, à l'image du réseau d'agences immobilières La Résidence, ont une connaissance approfondie du marché et peuvent vous donner des conseils pertinents, adaptés à votre situation.

Autre interlocuteur privilégié, votre conseiller bancaire vous aidera à monter un dossier cohérent. Il saura établir un plan de financement répondant à vos possibilités. En fonction de votre profil, certaines banques peuvent d'ailleurs vous accorder des prêts à taux préférentiels.

Prenez bien la mesure des frais

Pour estimer votre capacité d'emprunt, et définir votre budget, il convient d'apprécier le coût global de votre acquisition. En dehors du prix d'achat de l'appartement ou de la maison, vous devrez supporter d'autres frais, qu'il faut vous garder de sous-estimer.

Vous devez ainsi tenir compte des frais de notaire, qui représentent de 7 à 8% du prix du bien, si vous achetez un appartement ancien, et environ 2 à 3% pour un logement neuf. À ces dépenses, s'ajoutent les frais prélevés par l'agence immobilière, si vous passez par ses services pour conclure votre achat.

Chaque agence fixant librement ses tarifs, ces frais varient d'un endroit à l'autre. Vous devrez également acquitter des frais de dossier. Quant aux frais de garantie, comme la caution ou l'hypothèque, ils permettent, en cas de défaillance de l'emprunteur, d'assurer le paiement des mensualités.

Ne négligez pas non plus le coût de l'assurance emprunteur et pensez à la taxe foncière et aux charges de copropriété que, devenu propriétaire, vous devrez acquitter.

Des aides possibles

Vous avez défini votre capacité d'emprunt et envisagé l'ensemble des frais occasionnés par votre achat. Il reste à savoir si vous avez droit à des aides qui peuvent faciliter cette acquisition.

Il existe des aides publiques. C'est le cas du prêt à taux zéro, qui permet, sous condition de ressources, de financer en partie une première acquisition immobilière. En revanche, l'attribution du prêt conventionné ne dépend pas du montant de vos revenus.

Il permet de financer l'achat d'un logement neuf ou ancien et s'accompagne en principe d'une réduction des frais de notaire ou de dossier. Il donne également la possibilité d'obtenir une Aide personnalisée au logement, ou APL. C'est aussi le cas du prêt d'accession sociale, ou PAS.

Ce prêt au taux réglementé est accordé sous conditions de ressources. Enfin, le Plan d'épargne logement, ou PEL, permet de se constituer une épargne en vue de l'acquisition d'un bien immobilier, et ce dans des conditions avantageuses.

Précisez les contours de votre projet

Une fois le financement assuré, il convient de déterminer avec précision la nature du bien que vous comptez acquérir. Préférez-vous un appartement ou une maison ? Pensez également à la superficie du logement, à son orientation et à ses équipements.

Souhaitez-vous qu'il soit doté d'une terrasse, d'un balcon ou d'un garage ? La proximité des commerces, des transports en commun ou d'une école peut aussi influer sur votre décision. Renseignez-vous également sur la situation du marché dans la région concernée et sur le prix moyen du mètre carré.

La destination du bien est également à prendre en considération. Voulez-vous occuper votre logement ou le louer ? Peut-être songez-vous à le revendre, pour étoffer votre patrimoine.

Tous ces points précisés, il reste à visiter les logements sélectionnés. N'hésitez pas à faire de nombreuses visites, de manière à comparer les logements entre eux. Prenez tout le temps nécessaire et, à chaque fois, posez les questions concrètes qui permettront de vous faire une idée précise du logement.

Finalisez l'achat

Certaines formalités sont indispensables à la conclusion de l'achat. Il convient de leur prêter l'attention nécessaire.

En premier lieu, la signature du compromis de vente permet d'établir un accord de principe entre acheteur et vendeur. Ce document précise les conditions de vente et prévoit des clauses suspensives, qui protègent l'acquéreur en cas d'imprévu.

À ce stade, il faut également signer l'offre de prêt. Ce document, adressé par votre banque, résume les conditions de l'emprunt et permet de se faire une idée précise du crédit accordé.

Après avoir pris contact avec un notaire, vous parvenez à l'étape finale de votre achat immobilier. La signature du contrat de vente, dans l'étude notariale, met en effet un point final aux démarches entreprises dans le cadre de cette acquisition.

A lire aussi :