Phobie sociale : qu’est-ce que c’est ?

phobie sociale

Certaines situations vous sont difficiles et génèrent chez vous un grand stress ? Prendre la parole en public, passer un entretien d’embauche, téléphoner devant des inconnus… Ces actes de la vie quotidienne vous demandent des efforts ? Cette grande anxiété, qui ressemble à de la timidité, peut être caractéristique de la phobie sociale. Cette maladie anxieuse se diagnostique et peut être traitée. Si vous pensez être une personnalité évitante, faites le test et trouver des solutions pour combattre votre peur de l’autre. Découvrez les solutions pour ne plus être victime d’anxiété sociale.

Reconnaître la phobie sociale, la différence avec la timidité

Il existe plusieurs symptômes pour déceler ce trouble anxieux :

  • Une situation sociale ou situation de performance (comme prendre la parole en public) vous procure une peur intense, d’autant plus si vous vous retrouvez avec des personnes inconnues. Vous redoutez les situations dans lesquelles vous pourriez agir de manière embarrassante voire humiliante ;
  • vous avez tendance à éviter les situations sociales ou alors vous les vivez avec une très grande anxiété ;
  • vos évitements et anticipations anxieuses vous causent de la souffrance ;
  • vous êtes très sensible à la critique, et de manière générale vous craignez d’être rejeté. Cela s’explique par une faible estime de vous ou un sentiment d’infériorité. Vous avez peur d’être perçu comme étrange ou bizarre ;
  • des manifestations physiques peuvent survenir tels que tremblements, sueurs, rougissements ou troubles de la parole (bégaiement, par exemple).

A savoir, pour les mineurs, le diagnostic n’est porté que si les symptômes durent plus de six mois.

Pour établir le diagnostic, le sujet ne doit pas être sous l’effet de substance. D’autre part, il convient de déterminer si d’autres troubles tels que l’agoraphobie ne peuvent pas expliquer certains symptômes.

La phobie sociale ne doit pas non plus être confondue avec une grande timidité. C’est normal d’avoir le trac avant de monter sur scène ou de passer un examen oral, par exemple. On peut se sentir mal à l’aise dans une situation sans être dans l’évitement. La phobie sociale, elle, se caractérise par la peur invalidante de se retrouver dans une situation donnée. L’anxieux social redoute d’être confronté au regard de l’autre.

Souffrez-vous de phobie sociale ? Le test

Pour savoir si vous souffrez vraiment de phobie sociale, il existe un test simple. Répondez à ces affirmations par oui ou non. Suivant vos réponses, décelez vos sujets d’évitement.

  1. Il m’arrive de refuser des invitations par crainte de me sentir mal à l’aise.
  2. Je n’ai pas choisi mes amis, ce sont eux qui m’ont trouvé.
  3. Au cours d’une conversation, je garde souvent le silence de peur de dire des choses peu intéressantes.
  4. Si j’ai été ridicule devant une personne, je préfère ne plus jamais la revoir.
  5. De manière générale, je me sens mal à l’aise en société.
  6. J’ai déjà manqué plusieurs opportunités dans ma vie personnelle et/ou professionnelle en raison d’évitement.
  7. Il n’y a qu’avec ma famille ou des amis  que je connais depuis longtemps que je me sens vraiment à l’aise.
  8. Je redoute souvent de ne pas être à la hauteur avec les gens et de les décevoir. De la même manière, je crains qu’ils me trouvent sans intérêt.
  9. Avec une nouvelle connaissance, je n’engage pas la conversation.
  10. J’ai déjà eu recours à des médicaments tels que des tranquillisants ou bu de l’alcool pour me sentir plus à l’aise et rencontrer de nouvelles personnes.

Phobie sociale, causes et effets possibles

Comment expliquer l’anxiété sociale ? En fait, les causes de la phobie sociale dépendent de plusieurs facteurs. Il y a d’abord la génétique, mais aussi le rôle de l’éducation. Généralement, on retrouve plusieurs cas de phobie sociale dans une seule et même famille. Enfant, si vos parents avaient très peu d’interactions sociales, vous avez plus de risques de manifester ce trouble anxieux.

Pour lutter contre la peur de l’autre, certains sujets sont susceptibles d’avoir recours à des produits additifs. En effet, l’anxiété sociale, source de souffrance chez celui qui en est victime, peut entraîner une prise d’alcool ou de drogues  afin de faciliter les rencontres.

Comment traiter une phobie sociale ?

La phobie sociale, ou anxiété sociale, peut être traitée avec la prise de médicaments (antidépresseurs, tranquilisants). Ce traitement se révèle efficace pour chasser les émotions négatives. Cependant, il doit être accompagné d’une psychothérapie.
A savoir, certains anxiolytiques vous apaiseront mais renforceront votre peur de l’autre.

Dans le cas de phobie sociale, les psychothérapies cognitives et comportementales sont conseillées. Les séances peuvent avoir lieu en individuel ou bien en groupe. L’approche consiste à élargir la zone de confort du patient en l’aidant à se confronter aux situations qui l’angoissent.

La thérapie comporte de la relaxation ainsi qu’un travail effectué sur les émotions éprouvées par le patient. Au cours de vos séances, le thérapeute listera des objectifs à atteindre.

Le rôle de l’entourage s’avère également très important. Il est recommandé de faire preuve de patience avec une personne souffrant de phobie sociale. Si vous avez un proche confronté à ce trouble, évitez absolument toute moquerie et soyez compréhensif. Supportez-le dans ses efforts pour se sociabiliser en l’accompagnant dans des sorties (restaurant, soirée…).