La plaque funéraire, l’enterrement et la cérémonie sont-ils couverts par une assurance décès ?

Cimetiere Plaques Funeraires

Que cela nous plaise ou non, il faut se rendre à l’évidence que nous allons tous mourir un jour et que nous laisserons un vide dans le cœur de nos proches. Aujourd’hui, beaucoup de personnes choisissent de souscrire à une assurance décès. Pourquoi ? Que couvre-t-elle ? Pour le savoir, lisez cet article jusqu’à la fin.

Qu’est-ce qu’une assurance décès ?

Une assurance décès est un type de placement qui permet à un ou plusieurs bénéficiaires de recevoir un capital à la mort d’un proche qui a souscrit à celle-ci. Cela permet ainsi aux personnes endeuillées de faire face à la perte d’un être cher, au niveau financier. En d’autres termes, c’est un contrat de prévoyance qui vise à protéger les êtres aimés du souscripteur.

Bon à savoir : l’âge limite de souscription d’une assurance décès dépend d’une compagnie d’assurance à une autre. Pour certaines, l’âge maximal est de 60 ans, alors que pour d’autres, il est de 70 ans. Il faut donc préalablement se renseigner auprès des compagnies d’assurance avant de réaliser tout type de démarche.

Sert-elle à financer les obsèques et la plaque funéraire ?

En règle générale, le bénéficiaire d’une assurance décès ne reçoit que le montant des versements effectués par le souscripteur. Il est libre d’utiliser le capital comme bon lui semble. Mais il est également possible que le souscripteur ait un contrat spécifique pour couvrir ses obsèques. En plus de l’organisation des obsèques, le minimum que le bénéficiaire puisse faire pour rendre hommage est de choisir une plaque funéraire pour son proche décédé, car c’est un geste extrêmement respectueux. Elle permet, notamment, aux familles et amis de conserver les souvenirs des moments qu’ils ont passés avec le défunt jusqu’à la fin des temps. Pour faire simple, une plaque funéraire est un symbole de l’attachement au défunt.

Les différents types de contrats d’assurance décès

Il existe deux contrats d’assurance décès : l’assurance temporaire décès et l’assurance vie entière. L’assurance vie entière est un contrat à durée indéterminée, ce qui signifie que le contrat ne se termine qu’au décès de l’assuré. Elle permet de mettre les proches à l’abri du besoin pour longtemps. À titre d’exemple, elle permet aux enfants d’avoir assez de capital pour pouvoir achever leurs études dans les meilleures conditions, car le montant des primes est plus important. Sachez que ce type de contrat vous permet de racheter vos fonds durant le contrat, dans la mesure où il y a une clause qui y est reliée.

L’assurance temporaire décès a, quant à elle, une durée déterminée. Dans le cas où l’assuré meurt durant la période du contrat, la compagnie d’assurance s’engage à verser au bénéficiaire le capital. Cependant, s’il ne décède pas, le contrat prend automatiquement fin et l’assuré perd ses primes. Heureusement qu’il est renouvelable pour une durée d’un an. Toutefois, le bénéficiaire bénéficie des cotisations versées par l’assuré. En général, les personnes ont recours à ce type de contrat pour rembourser des prêts ou financer les études de leurs enfants. Pour le premier cas, la durée de l’assurance temporaire décès est égale à la durée du crédit.

Quelles sont les garanties d’une assurance décès ?

Sachez que si vous êtes bénéficiaire d’une assurance décès, vous serez couverts sur certains points :

  • L’invalidité. L’assurance décès propose, en effet, une garantie invalidité qui permet au souscripteur d’être couvert en cas d’accident ou maladie qui ont entraîné une invalidité importante, l’empêchant ainsi de travailler correctement.
  • L’incapacité temporaire de travail ou ITT. Cette garantie dure 36 mois et permet à la personne qui s’est souscrite et qui ne peut pas temporairement travailler d’obtenir une rente lui permettant ainsi de garder la tête hors de l’eau.
  • L’éducation : comme il a été mentionné plus haut, les contrats d’assurance décès servent à payer les études des enfants du défunt pour que ceux-ci aient la chance d’avoir un avenir meilleur.

Vous l’aurez compris, sauf cas prédéfinis, une assurance décès ne prend pas directement en charge tout ce qui touche à l’enterrement et aux obsèques, c’est-à-dire la plaque funéraire, la cérémonie et la stèle. Par contre, les bénéficiaires peuvent utiliser une partie du capital qu’ils reçoivent pour le payer.

Dans quels cas le capital de l’assurance décès n’est pas versé au bénéficiaire ?

Vous devez savoir que le versement du capital peut ne pas être fait dans le cas où l’assuré s’est suicidé ou est décédé suite à un accident lié à l’alcool ou d’autres substances illicites ou même son meurtre orchestré par le bénéficiaire.

Encore une fois, il faut se renseigner auprès des assureurs et être conscient de chaque clause du contrat. Cela vous évite d’avoir de mauvaises surprises.