Panaris : les traitements naturels

panaris traitement naturel

Le panaris, appelé aussi « mal blanc » est une inflammation d’un doigt ou d’un orteil. Découvrez comment se manifeste cette infection et quels remèdes de grand-mère permettent d’y remédier. Suivez nos conseils pour venir à bout d’un panaris et retrouver un ongle sain.

Qu’est-ce qu’un panaris ?

Un panaris est une infection cutanée d’un doigt ou d’un orteil. Elle se localise le plus fréquemment sous l’ongle, sous le pourtour d’un ongle ou alors au niveau de la pulpe d’un doigt. Dans ce cas, on parle de panaris superficiel.

Plus rarement, le panaris profond atteint la gaine des tendons sur la deuxième ou première phalange. Cela rend alors le fléchissement des doigts difficile et des douleurs lancinantes apparaissent.

Les causes

Le panaris est du à une bactérie. Généralement, il s’agit du staphylocoque doré. Cela survient le plus souvent lorsque l’on provoque un abcès en s’arrachant la peau sur le bord des ongles. Mais, une écharde ou une épine peuvent également être à l’origine d’un panaris.

D’autre part, certaines professions (cuisiniers, pêcheurs, bouchers…) peuvent contracter un panaris érysipéloïde. Il est rare mais possible. Ce panaris résulte de la  maladie du rouget du porc. Il s’agit d’une infection bactérienne causée par une piqûre ou une blessure après contact avec un animal. Dans ce cas, la prise d’un antibiotique se révèle obligatoire.

Les traitements naturels contre le panari

Des bains antiseptiques

Pour traiter un panaris léger, plongez votre doigt ou votre orteil dans un bain d’eau tiède et de gros sel. L’opération doit être renouvelée plusieurs fois par jour.

A noter : vous pouvez également remplacer le gros sel par de l’eau de Javel afin de faire mûrir le panaris.

Si le panaris se révèle trop profond, la prise d’antibiotique s’avère nécessaire et une intervention chirurgicale doit être effectuée. Le chirurgien excise la partie infectée, enlève le pus et nettoie la plaie.

Dans tous les cas, le panaris profond doit être soigné en urgence car l’infection peut s’étendre jusqu’à l’os de la phalange. Et l’amputation d’un doigt ou d’un orteil s’avère nécessaire dans certaines situations, afin d’éviter la gangrène. Cependant, cette complication reste très rare.

Les bons gestes

Pour éviter un panaris, il faut respecter certaines règles simples :

  • ne pas se ronger les ongles ;
  • arrêter de s’arracher la peau autour des ongles ;
  • couper les petites peaux (les envies) proprement au ciseau.

A savoir : le panaris se transmet. Soyez donc vigilant en cuisine pour éviter la contagion par les aliments. Ne touchez pas la nourriture avec votre doigt infecté.

Les huiles essentielles

Utilisez de l’huile essentielle de thym antibactérien. Dans un flacon, mélangez 1 ml de thym à linalol, 1 ml d’huile essentielle de niaouli, 1 ml de bois de Hô, 1 ml de lavande aspic, 1 ml d’HE de serpolet. Vous pouvez aussi compléter avec de l’huile végétale de lys blanc.

Appliquez ensuite la solution (quelques gouttes) sur le mal, jusqu’à trois fois par jour. Lavez-vous bien les mains avant et après chaque opération.

Du lait et de l’ail

Dès la survenue des premiers signes d’un panaris, faites bouillir du lait avec de l’ail. Trempez de la mie de pain dans la solution et appliquez ensuite sur le « mal blanc ». Puis, bandez votre doigt ou votre orteil en laissant reposer toute une nuit.

L’opération peut être renouvelée autant de fois que nécessaire.

L’oignon

Plongez un oignon entier pelé dans de l’eau frémissante. Attendez un quart d’heure, puis retirez l’oignon de l’eau. Ouvrez-le en entier et laissez refroidir. Une fois tiède, placez votre doigt ou votre orteil entre les deux portions.

Réitérez l’opération au besoin.

L’essence de térébenthine

Mélangez de l’essence de térébenthine, un jaune d’œuf et du sel en proportions égales. Appliquez ensuite sur votre panaris pendant une demi-heure, trois fois par jour.

Plus de traitements naturels :