Traitements naturels d’une hypothyroïdie

Traitements naturels d’une hypothyroïdie

Grosse fatigue, sensation d’épuisement, frilosité… Peut-être souffrez-vous d’une hypothyroïdie. Ce trouble de la thyroïde est le plus fréquent et il concerne principalement les femmes. Découvrez les causes et les symptômes de ce mal répandu. Et traitez votre hypothyroïdie avec des solutions et remèdes naturels : plantes, bons gestes, huiles essentielles, alimentation… Tout ce qu’il faut savoir pour venir à bout d’une glande thyroïde trop paresseuse et la stimuler !

Hypothyroïdie : qu’est-ce que c’est ?

L’hypothyroïdie est le dysfonctionnement de la glande thyroïde le plus fréquemment observé. Ce trouble touche environ 2% de la population. Cependant, les femmes sont les plus concernées par l’hypothyroïdie, surtout au-delà de 65 ans.

Il s’agit d’une insuffisance de fabrication des hormones thyroïdiennes. Cela résulte principalement d’une atteinte primitive de la glande thyroïde. Cela provoque de nombreux effets tissulaires et métaboliques dans l’organisme.

Les causes

L’hypothyroïdie peut avoir plusieurs origines :

  • la thyroïdite atrophique (mécanisme inconnu) ;
  • la thyroïdite de Hashimoto est une maladie auto-immune qui se caractérise par la présence d’anticorps dirigés contre la thyroïde. La glande est détruite progressivement par inflammation chronique ;
  • il existe également des causes post-thérapeutiques (chirurgie de la thyroïde pour cancer, radiothérapie du cou…) ;
  • d’autre part, il peut aussi y avoir des causes médicamenteuses provoquant une surcharge en iode (amiodarone, cardarone, lithium…) ;
  • une hypothyroïdie survient parfois après une grossesse ;
  • enfin, des anomalies congénitales sont également à l’origine de troubles de la thyroïde. Cela signifie que l’hypothyroïdie est présente à la naissance, même si elle n’occasionne aucun symptôme. Elle engendre un retard du développement psychomoteur de la croissance. Aujourd’hui, le trouble est dépisté systématiquement à la naissance, et bénéficie d’une bonne prise en charge.

Les symptômes

Lorsque l’insuffisance en hormones est bien installée, les signes de l’hypothyroïdie sont manifestes :

  • d’un point de vue cutané, le visage apparait grossi et les traits épaissis. Le teint semble jaune et les paupières lourdes. D’autre part, les poils se veulent rares et cassants (cheveux, sourcils, poils pubiens et sous les aisselles). Quant à la peau, elle se révèle sèche et froide. Enfin, on remarque que les doigts sont boudinés et les ongles cassent facilement ;
  • la voix devient rauque et le sujet est atteint d’une diminution de l’audition ;
  • la personne qui souffre d’hypothyroïdie subit également un ralentissement psychomoteur (manque d’énergie, indifférence générale voire syndrome dépressif) ;
  • une profonde fatigue s’accompagne d’autres maux tels que frilosité, constipation, prise de poids, crampes fréquentes et douloureuses, douleurs aux articulations ;
  • enfin, chez les femmes, on constate aussi des troubles gynécologiques (absence de règles, infertilité, écoulement mammaire).

Les traitements naturels d’une hypothyroïdie

Adopter une bonne hygiène de vie

Pour lutter contre une hypothyroïdie, il convient d’adopter de bonnes règles d’hygiène de vie. Mangez sain et équilibré et pratiquez une activité douce telle que la marche ou la natation.

Un protocole naturel

Pour remplacer la prise de médicament, il existe un protocole naturel à base de L-tyrosine (acide aminé), zinc, sélénium et fer.

Les plantes

Des plantes classiques de la médecine indienne sont réputées pour réguler le fonctionnement de la glande thyroïde. Parmi elle, l’ashwaghanda (appelée aussi ginseng indien) qui permet d’augmenter la production de T4, et le guggul (Commiphora mukul) qui possède un effet stimulant sur la thyroïde.

L’avoine

Cette céréale est conseillée en cas d’hypothyroïdie. En effet, grâce à sa richesse en acides aminés et minéraux, elle soutient naturellement le travail de la glande thyroïde.

En cas de grosse fatigue, consommez-en dès le matin. Avalez un bol de flocons d’avoine au petit-déjeuner. Vous pouvez également mangez cette céréale sous forme d’extrait de plante fraîche standardisé, plus concentré. Prenez alors 1 à 2 cuillers par jour dans un verre d’eau, pendant trois mois.

Attention, l’avoine ne convient pas aux personnes intolérantes ou allergiques au gluten.

Les algues

Les algues permettent d’augmenter l’apport en iode. Or, certaines hypothyroïdies sont dues à une carence en iode.

Consommez-en sous forme de tartares d’algues ou en saupoudrant vos soupes de ce produit naturel. Notez aussi que l’on trouve des algues comme le fucus en complément alimentaire.

Le cassis

Cette plante tonique agit contre la fatigue et elle aide également l’organisme à mieux lutter contre les bouleversements liés au stress.

Utilisez le cassis en gemmothérapie, c’est-à-dire en utilisant les bourgeons des plantes sous forme de macérât glycériné.

Buvez 15 gouttes par jour, diluées dans un verre d’eau, de préférence le matin, à jeun. Il faut une cure de plusieurs semaines avant de constater les premiers effets positifs.

L’huile essentielle d’épinette noire

Il s’agit de l’HE la plus utilisée en cas d’hypothyroïdie. Elle se révèle particulièrement utile lorsque la personne se sent épuisée ou sous pression.

Massez le bas du dos ou la plante des pieds avec 1 à 2 gouttes d’HE d’épinette noire. Celle-ci doit être diluée dans une huile végétale ou un lait pour le corps. De préférence, faites le massage le matin.

Les aliments à privilégier

En cas d’hypothyroïdie, il convient d’adopter un régime alimentaire adapté pour atténuer les symptômes et éviter la prise de poids.

Votre alimentation doit être riche en iode et nutriments participant à la synthèse des hormones thyroïdiennes (sélénium, vitamines B12 et D). Vous trouverez de l’iode dans les fruits de mer, poissons (morue, aiglefin…), les produits laitiers et le sel de table enrichi en iode. Pour consommer du sélénium et de la vitamine B12, privilégiez les œufs, les viandes et volailles, les fruits de mer ainsi que les céréales complètes. Et pour un régime alimentaire riche en vitamine D, mangez plutôt des poissons gras, du jaune d’œuf, de la margarine et des boissons de soja enrichies.

D’autres aliments à l’image des fruits et légumes doivent aussi être consommés. Et complémentez avec une bonne hydratation et la pratique d’une activité sportive douce.

Les aliments à bannir

A l’inverse, il existe des aliments dits goitrogènes. Il convient donc de les éliminer de votre alimentation car ils ralentissement le fonctionnement de la glande thyroïde. Parmi eux :

  • le chou (chou fleur, chou frisé, brocoli, chou de Bruxelles…) ;
  • le navet et le rutabaga ;
  • les patates douces ;
  • le millet ;
  • le cresson…

Et en cas de déficience en iode, mieux vaut aussi éviter le soja.

Plus de traitements naturels :

Emilie Cartier
Rédactrice web freelance, Émilie se passionne pour les sujets du quotidien (santé, finance...) et les astuces qui facilitent la vie de tous les jours. Elle aime écrire des publications utiles et informatives, une activité à laquelle elle peut se livrer grâce à Expertpublic.