Canal lombaire étroit : les traitements naturels

canal lombaire étroit

Le canal lombaire étroit touche une personne sur mille tous les ans. Et les premiers concernés sont les personnes autour de la soixantaine, généralement des hommes qui exercent des professions dites à risque. Cependant, il existe de nombreuses causes très variées expliquant la survenue de cette maladie, appelée aussi syndrome de la queue-de-cheval. Dans cet article, découvrez ce qu’est vraiment le canal lombaire étroit, ses origines possibles ainsi que ses symptômes. Et il existe aussi des solutions naturelles pour venir à bout de ce syndrome. Découvrez toutes les médecines alternatives, les bons gestes à appliquer au quotidien ainsi que les astuces pour récupérer. Tout ce qu’il faut savoir sur les remèdes naturels en cas de rétrécissement du canal lombaire étroit.

Qu’est-ce qu’un canal lombaire étroit ?

On parle de syndrome du canal lombaire étroit, appelé communément syndrome de la queue- de-cheval. Ce mal concerne une personne sur 1000 en France, chaque année. On nomme également le canal lombaire étroit le canal rachidien rétréci, sténose du canal lombaire ou encore syndrome de rétrécissement du canal rachidien.

Quel que soit son nom, le syndrome correspond au rétrécissement de la cavité située au centre des vertèbres lombaires dans laquelle cheminent les racines nerveuses lombaires. La diminution du diamètre du canal rachidien lombaire résulte de l’augmentation d’un ou plusieurs éléments qui le composent (disque intervertébral, articulaire postérieur…), sauf si le syndrome est présent depuis la naissance.

Normalement, les racines nerveuses sont libres dans le canal lombaire. En cas de compression de celui-ci, il peut y avoir syndrome de la queue-de-cheval. En-dessous de 13 mm de diamètre intérieur d’avant en arrière du canal, on considère qu’il y a rétrécissement. Habituellement, le diamètre est supérieur à 15 mm.

Fréquemment, le canal lombaire étroit survient lors d’un mécanisme arthrosique. Les symptômes surgissent le plus souvent aux alentours de 60 ans. Et les hommes ainsi que les personnes exerçant une activité professionnelle à risque (maçon, conducteur d’engin…) sont les plus exposés.

Les symptômes

Bien que variés, les signes du canal lombaire étroit ne trompent pas, surtout s’ils sont liés les uns aux autres.

Voici les principaux symptômes :

  • épisodes de lombalgies ou de sciatiques à répétition ;
  • gêne associant des douleurs dans les cuisses, les mollets à la marche. La personne est obligée de s’arrêter au bout de quelques mètres ;
  • douleurs au niveau des fesses et du périnée ;
  • faiblesse et fatigabilité musculaire ;
  • fourmis dans les jambes ;
  • puis, à un stade avancé, une anesthésie des membres et du périnée, des difficultés à uriner et à déféquer, incontinences et rétention d’urines ;
  • et d’autres signes peuvent apparaitre de manière isolée : frigidité, diminution du volume de la cuisse ou du mollet, érection transitoire à la marche, impuissance et trouble de l’éjaculation, diminution des sensations de miction ou de défécation, anesthésie de l’anus ou des organes génitaux, douleurs à l’hyper extension du dos.

Le diagnostic de la maladie s’effectue par le radiologue ou le rhumatologue lorsque des infiltrations s’avèrent nécessaires. Il s’agit d’un examen clinique. L’imagerie confirme ensuite le diagnostic et écarte d’autres pathologies aux signes similaires. L’examen permet également de préciser la nature du rétrécissement.

Les causes

Le canal lombaire étroit peut résulter de causes diverses et variées :

  • une sténose congénitale liée à un épaississement de certaines régions vertébrales. Elle ne se révèle que plus tard en cas d’arthrose ou en présence d’une maladie aggravante ;
  • le glissement d’une vertèbre lombaire sur une autre. on parle alors de spondylolisthésis ;
  • une hernie discale ;
  • des fractures ;
  • des tassements vertébraux ;
  • de l’arthrose. Il s’agit de la cause la plus fréquente ;
  • une hypertrophie des ligaments jaunes ;
  • un surplus de graisse dans le canal lombaire ;
  • une exagération de la cambrure lombaire (hyperlordose) ;
  • des efforts inconsidérés au niveau du dos (bricolage, déménagement…) ;
  • un abcès et des infections ;
  • le nanisme ;
  • une maladie des os telle que la maladie de Paget ;
  • des tumeurs bénignes ;
  • un trouble endocrinien (acromégalie) ;
  • des angiomes ;
  • la radiothérapie ;
  • le cancer (primaire, métastases) ;
  • le SIDA ;
  • les hématomes ;
  • le cancer de l’os…

Les traitements naturels du canal lombaire étroit

La position du caddie

En adoptant la position dite du caddie, vous allez diminuer les symptômes associés au canal lombaire étroit. La posture consiste à marcher penché en avant, exactement comme si vous étiez en train de pousser un chariot de supermarché.

Les bons réflexes à adopter

Il convient d’agir sur les facteurs d’exposition lorsque la maladie n’est pas congénitale. Evitez ainsi le port de charges lourdes, la position en hyper extension dans le cadre de vos activités professionnelles, la pratique de certains sports, l’excès de poids au niveau de l’abdomen…

Le repos

En première intention, il faut observer un repos en position allongée.

La kinésithérapie

Des séances de kinésithérapie peuvent se révéler bénéfique en cas de syndrome de la queue-de-cheval. Le kinésithérapeute vous fera pratiquer des exercices de rééducation. Cela passera par l’apprentissage d’une position en cyphose.

Porter un corset

Pour limiter l’exagération de la cambrure lombaire, vous pouvez avoir recours au port d’un lombostat. Il s’agit d’un corset rigide.

Les médecines naturelles

Plusieurs méthodes naturelles peuvent vous aider à mieux vivre un syndrome de canal lombaire étroit. Parmi elles, la relaxation, la psychothérapie, les massages ou encore l’acupuncture. En usant de ces traitements naturels, vous réduirez les symptômes liés à la douleur.

L’ostéopathie

D’autre part, il peut être judicieux de consulter un ostéopathe qui se chargera de libérer la zone comprimée via une manipulation lombaire sélective. L’ostéopathie peut aussi lever les contractures musculaires responsables de lombalgies.

Des exercices physiques de groupe

Dans la mesure où il s’agit d’une affection chronique, vous pouvez pratiquer des exercices physiques de groupe. C’est une méthode efficace pour consolider le résultat fonctionnel obtenu après une rééducation de kiné basée sur des étirements et un renforcement musculaire.

Plus de traitements naturels :

Emilie Cartier
Rédactrice web freelance, Émilie se passionne pour les sujets du quotidien (santé, finance...) et les astuces qui facilitent la vie de tous les jours. Elle aime écrire des publications utiles et informatives, une activité à laquelle elle peut se livrer grâce à Expertpublic.