Carcinome basocellulaire : les traitements naturels

Carcinome basocellulaire traitement naturel

Parmi les cancers de la peau, il s’agit du plus répandu mais aussi du plus bénin. En effet, à la différence des autres cancers cutanés, le carcinome basocellulaire ne donne aucune métastase. D’ailleurs, en marge de la médecine traditionnelle, il existe des méthodes alternatives pour traiter cette maladie. Parmi elles, la cryothérapie ou traitement par le froid. Découvrez également les bons gestes de prévention à appliquer pour éviter le risque de cancer de la peau. Outre l’exposition prolongée au soleil, il y a d’autres causes possibles expliquant la survenue de la tumeur cancéreuse. On vous dit tout sur le carcinome basocellulaire et les remèdes naturels pour s’en prémunir.

Qu’est-ce qu’un carcinome basocellulaire ?

Un carcinome est la forme la plus fréquente du cancer de la peau. Toutefois, le carcinome est moins grave que le mélanome. On distingue trois groupes différents de carcinomes : le carcinome basocellulaire, le carcinome spinocellulaire (ou épidermoïdes) et le carcinome annexiel. Chacun des carcinomes se développent à partir des kératinocytes. Il s’agit de cellules de l’épiderme.

En ce qui concerne le carcinome basocellulaire, il représente 40 000 à 50 000 nouveaux cas par an en France. En outre, c’est le cancer de la peau le plus répandu, mais aussi le moins grave. En effet, il ne donne pas de métastases, à l’inverse des autres cancers cutanés.

D’autre part, le carcinome basocellulaire concerne la couche basale, qui est la plus profonde de l’épiderme. Ce cancer de la peau résulte d’une exposition intensive et répétée au soleil, notamment pendant la période de l’enfance. Mais la maladie n’apparait que plus tard. Généralement, elle est diagnostiquée vers l’âge de 50 ans lorsque la peau manifeste une lésion de plusieurs millimètres.

Enfin, sachez qu’il faut distinguer le carcinome basocellulaire superficiel, qui présente peu de risques, le carcinome nodulaire, de risque intermédiaire, et le carcinome basocellulaire infiltrant (forme évoluée).

Les symptômes

La survenue du carcinome basocellulaire est due à une exposition excessive et répétée au soleil, lequel a provoqué des coups de soleil. Il apparait alors une excroissance sous forme de perle de quelques millimètres. Elle est indolore, ferme et translucide. Sa coloration rouge provient de la présence de petits vaisseaux.

Après quelques mois ou quelques années, une croûte peut se former. Les bords de la tumeur cancéreuse prennent parfois de l’épaisseur et deviennent blanc perlé. La tumeur cancéreuse peut aussi saigner, former une croûte puis guérir. A tort, on peut prendre le cancer pour une simple plaie.

D’autre part, chaque groupe de carcinome basocellulaire possède un aspect différent. Les carcinomes basocellulaires superficiels, par exemple, prennent la forme de fines plaques rouges ou rose.

Les causes

Outre l’exposition intensive et répétée au soleil, il existe des facteurs de risque. Face au soleil, tout le monde n’encourt pas le même risque de développer un cancer de la peau.

Parmi les facteurs aggravants, il y a :

  • D’abord, les personnes qui rencontrent des difficultés à bronzer et qui prennent facilement des coups de soleil sont les premières concernées. Il convient donc pour elles de rester particulièrement vigilantes lors d’une exposition aux UV du soleil ;
  • la radiothérapie ;
  • les maladies de peau chroniques telles que les ulcères de jambes ;
  • les cicatrices de brûlures ;
  • une défaillance de l’immunité causée par une maladie ou la prise d’immunodépresseurs.

Les traitements naturels du Carcinome basocellulaire

Prévenir le risque de cancer de la peau

La prévention du carcinome basocellulaire repose principalement sur une exposition au soleil raisonnable et sur une protection efficace de la peau.

En ce sens, il est recommandé d’éduquer les enfants et adolescents sur le risque de développer un cancer de la peau. Des mesures de prévention et de protection doivent être prises pour éviter tout risque.

Cela passe par des bons gestes :

  • se protéger du soleil avec des équipements et habits adaptés : chapeau, vêtement à manches longues, pantalon, tissu anti-UV, absence de décolletés… ;
  • utiliser des crèmes solaires adaptées au type de peau et les appliquer correctement. Prenez un écran solaire à haut indice de protection contre les ultra-violets A et B ;
  • appliquez votre crème solaire vingt minutes avant de vous exposer aux UV et renouvelez l’opération toutes les deux heures ou après une baignade ;
  • évitez l’exposition au soleil pendant les heures les plus chaudes, c’est-à-dire entre 11 heures et 16 heures ;
  • proscrivez également les bains de soleil ;
  • enfin, recherchez plutôt l’ombre !

Surveiller régulièrement sa peau

Mieux vaut surveiller sa peau de près afin de signaler toute lésion suspecte à un dermatologue. Veillez à ce que les lésions ne changent pas de taille, ne saignent pas ou ne fassent pas l’objet d’ulcération.

Le dermatologue procédera à un examen approfondi de la peau et le cas échéant, à une biopsie de la lésion pour analyse.

Photothérapie

En cas de carcinome basocellulaire superficiel, sachez que vous pouvez recourir à un traitement à base de pommade photosensibilisante et irradiation lumineuse. Ces méthodes permettent la destruction de la tumeur. On parle alors de photothérapie dynamique.

Cryothérapie

Le traitement par le froid peut représenter  une solution efficace pour traiter un carcinome basocellulaire  superficiel. Cela consiste à projeter un jet d’azote liquide sur la lésion. Le froid la détruit alors totalement.

Notez que la cryothérapie se révèle une technique peu douloureuse. Par conséquent, elle se réalise sans anesthésie. La personne traitée ne ressent qu’une sensation de pincement lors de la projection.

C’est le dermatologue qui réalise l’application d’une trentaine de secondes. Généralement, il en effectue deux. La lésion prend alors la forme d’une croûte, laquelle tombe quelques jours après.

Les remèdes de grand-mère pour éviter le carcinome

Au rayon remède naturel, il existe des solutions pour éviter la dégénérescence d’un cancer de la peau :

  • le masque à base de bicarbonate de soude et d’exfoliant ;
  • un bain avec de la poudre d’avoine (un peu) mélangée à du lait entier (l’équivalent de quelques bols) ;
  • un gommage de sucre, vinaigre de cidre et huile de coco ou d’olive.

Enfin, il convient de chasser les idées reçues ! Des compléments alimentaires au bêta-carotène ou des séances d’UV en cabines de bronzage ne prémunissent aucunement contre les coups de soleil et le risque de développer un carcinome cutané.

Plus de traitements naturels :

Emilie Cartier
Rédactrice web freelance, Émilie se passionne pour les sujets du quotidien (santé, finance...) et les astuces qui facilitent la vie de tous les jours. Elle aime écrire des publications utiles et informatives, une activité à laquelle elle peut se livrer grâce à Expertpublic.